Lettre ouverte aux caciques de tout bord de la Région Wallonne et d’ailleurs: VOUS AVEZ DU SANG SUR LES MAINS!

Mémoire Vigilance et Résistance
24 November, 2009
(Actualisation du Ps 81)
«Ecoutez donc, ô Roi, et comprenez; instruisez-vous, caciques de Wallonie et d’ailleurs. Soyez attentifs, vous qui commandez aux foules, qui vous vantez de la multitude de vos électeurs. / En effet, vous étiez les serviteurs du peuple, et vous n’avez pas rendu la justice avec droiture, ni observé l’Ethique, ni vécu ce que vous proclamiez. Un jugement implacable s’exerce sur les grands, car les puissants seront jugés avec puissance».
Actualisation du Livre de la Sagesse 6, 1-11)

VOUS AVEZ DU SANG SUR LES MAINS!

Chaque fois que l’on s’enrichit dans le commerce des Armes, les guerres deviennent le meilleur moyen de démontrer les qualités du Matériel. L’on a ainsi des terrains d’essais dans les conditions réelles ». (Michael Kidron & Dan Smith: Atlas du monde armé Calman Levy 1983).

Trop souvent, mis à part en période électorale, nos caciques veulent ignorer les critiques de leurs «administrés»; ils préfèrent par contre les anesthésier dans les brumes festives, sportives, voire «culturelles» si aseptisées de toute velléité non-conformiste. Tout se passe comme si ces «nouveaux maîtres» voulaient nous imposer une culture matérialiste et hédoniste laissant peu de place à une citoyenneté responsable. La satire de Juvénal aux Romains: «Du pain  et les jeux du cirque» est toujours d’application face à la béate joie des clowns et des masses démobilisées. Les plus cyniques tablent même sur l’absence généralisée de la Mémoire chez beaucoup de leurs concitoyens, pour porter atteinte en toute impunité à la plus élémentaire honnêteté politique. Les exemples éloquents de dénis d’équité ne manquent pas. Qui se souvient, par exemple, de ces Ministres décorés par le Roi alors qu’ils étaient poursuivis pour malversations au profit d’une caisse noire du PS avec le scandale des marchands de canons AGUSTA et DASSAULT? Curieusement, les responsables à divers niveaux, pris d’une amnésie récurrente, déclaraient la main sur le cœur: «Nous ne savions pas», ainsi qu’au temps du procès de Nuremberg.

Comme nous l’écrivions voici plus de dix ans, le fameux complexe militaro-industriel a ligoté et bâillonné nombre d’élus politiques. La Belgique, plus particulièrement le Gouvernement Wallon, pourra encore vendre des armes aux pays du Tiers-Monde pour que leurs armées continuent les massacres de populations; les politiciens se tairont, sauf invoquer hypocritement «si ce n’est pas nous, ce seront les autres». Curieuse philosophie que celle du «si je ne tue pas mon voisin, c’est un autre qui le fera à ma place, donc je le précède dans le crime»!

Pour fuir leur examen de conscience, nos pauvres caciques ont alors recours au chantage à l’Emploi. Les délégués syndicaux, tant socialistes que chrétiens, se cramponnent à ce prétexte très commode qui leur évite d’anticiper une politique de l’Emploi durable,n alternative structurée sur des bases humanitaires et non inféodée à la vénalité capitaliste comme c’est le cas.
Faut-il rappeler l’effort de reconversion civile des industries d’armement aux Etats-Unis, au lendemain de la seconde guerre mondiale. Sans remonter aussi loin, il ne faut pas perdre de vue que la problématique de la reconversion des industries d’armement à des fins civiles dépasse largement le discours académique. Il s’agit aujourd’hui, non seulement d’un débat de fond indispensable pour anticiper les enjeux internationaux qui conditionnent la paix dans le monde, mais déjà d’initiatives concrètes actuelles. Il est heureux de constater que l’actuelle présidente du parlement wallon, Emily HOYOS (Ecolo) a appelé le gouvernement wallon à plus de discernement en déclarant: «Quand on octroie une licence d’armes, ce n’est pas seulement un dossier économique. C’est aussi un dossier qui influencera d’une manière ou d’une autre le climat de guerre ou de paix dans le monde».

Déjà voici 15 ans, en 1994, on relevait que l’industrie de l’armement était entrée dans la crise: entre 1984 et 1992, plus de 400.000 emplois directs avaient été supprimés dans l’industrie de la défense européenne, soit une moyenne annuelle de 51.000 emplois.

Cette tendance, selon les prévisions, devait se poursuivre dans les années suivantes. Par contre, un autre indice, celui des ventes d’armes dans le monde, affichait en 1996 une croissance de 15% pour atteindre 30,2 milliards de dollars, grâce notamment, à une demande accrue venant du Proche-Orient et d’Asie orientale.

Quoi qu’il en soit, au-delà des fluctuations diverses, il faut retenir que même les syndicalistes de la FN, à côté du patronat, étaient bien d’accord d’anticiper une reconversion des armements parce que leur commerce vénal risquait de diminuer. Comme quoi parfois l’intérêt économique peut aussi rejoindre les enjeux  internationaux de la paix dans le monde à l’avantage de l’Ethique.

C’est ainsi que les Métallos CSC, en relation avec les organisations syndicales de quatre pays européens, dans le cadre de la Fédération européenne des métallurgistes (FEM), proposaient  en 1994 déjà des projets de formation professionnelle pour orienter les emplois de l’industrie des armes vers des activités civiles comme la santé ou l’environnement.
Des exemples étaient cités : En France avec Thomson Sintra, entreprise militaire, parvenant à détourner une partie de son activité militaire, notamment sonars et scanners, pour venir en aide à la personne handicapée, spécialement pour leur déplacement ou encore pour la reconnaissance de la parole. De même, l’usine CLI-Aubange, spécialisée dans la fabrication des chars en aluminium, reconvertie dans le véhicule blindé pour usage civil. Aujourd’hui en cette fin de 2009, on peut constater que les enquêtes et initiatives diverses en matière de reconversions civiles des usines d’armement se multiplient. C’est notamment le cas en Italie (Sicile), aux Etats-Unis, en France et plus particulièrement en Suisse. Dans le cadre restreint qui nous est imparti ici, nous nous limiterons à citer brièvement l’exemple de la Suisse.

Nos voisins suisses se sont posés une question opportune en regard de leur passé : Si, durant la guerre de 1940-45, face au risque d’envahissement de leur pays par les Allemands, leurs usines du secteur civil s’étaient bien reconverties en usines d’armement, alors pourquoi l’inverse ne serait-il pas possible. Simple question de bon sens motivée par le constat que les emplois dans l’industrie de guerre n’avaient plus aucun avenir durable. C’est ainsi qu’en 2000, l’importante entreprise SIG s’est débarrassée de sa division de production d’armes à feu au profit du secteur de l’emballage et des machines d’emballage, bien implanté dans les industries agroalimentaires. Pour «anticiper une reconversion inéluctable» et face à l’explosion de la demande de matériel ferroviaire, SIG proclame «Construisons des trains plutôt que des blindés!» Voilà tout un domaine, non exhaustif, qui mériterait d’être approfondi par notre Région wallonne qui ne voit d’investissements que dans les armes de la FM où le coûteux et polluant circuit automobile de Francorchamps.

Ce qui est aussi scandaleux, c’est la manipulation des travailleurs et de leurs syndicats par le patronat de la FN qui «joue alors son va-tout en «informant» la FGTB et le Setca (majoritaire). Un tract est alors lancé contre la «Région wallonne qui bloque une licence d’exportation de «matériel» vers un pays africain».La FN poursuit son lobbying auprès de la région wallonne alors que Rudy Demotte reçoit les syndicats en front commun. C’est ensuite le 23 avril, la désignation du nouveau conseil d’administration de Herstal. Le gouvernement wallon, unique actionnaire, nomme Jean-Sébastien Belle, chef de cabinet du ministre Marcourt, au poste de président. Pour compléter la magouille des marchands d’armes, Luc Joris, proche de Di Rupo entre aussi au C.A. tandis que Robert Urbain, ministre d’Etat socialiste et président de la «chambre de commerce belgo-libyenne», ex-maïeur de Boussu, proche du régime Kadhafi est à Tripoli: «Je ne suis payé ni par la FN ni par la Libye, nous dit-il (…) J’introduis n’importe quelle firme pour n’importe quel produit

Est- ce cela qu’on appelle un «socialisme» «positionné comme responsable politique wallon»? Ou un représentant de commerce pour n’importe qui et pour n’importe quoi, y compris des produits mortifères au service de canailles comme le bandit-chef d’Etat nommé KADHAFI?

Oui, voilà pourquoi - vous les caciques de la région wallonne -vous avez du sang sur les mains, vous êtes les commanditaires du début de cette longue chaîne aboutissant aux crimes d’Etat. Sans vous, les seuls «Administrateurs de la FN», comme au temps du nazisme avec les banquiers et industriels d’Hitler, des armes (outils de mort) ne seraient ni fabriquées, ni vendues aujourd’hui à travers le monde. Vous accepter même la connivence au profit de bandits tel que ce dictateur Mouammar KADDDHAFI commanditaire d’attentats terroristes, dont il semble que sa qualité de «Guide éclairé au pétrole» vous suffise pour l’accepter comme votre client vénal bien-venu.
Monsieur Rudy DEMOTTEMinistre-président du gouvernement wallon-Administrateur de la FNavec vos complices, vous êtes la honte de la Wallonie!
Willy COLETTE
Prisonnier Politique 1940-45
Membre de la Confédération Nationale des Prisonniers Politiques & Ayants droit (CNPPA)

Voir aussi: Questions à la Une. La Wallonie vend-elle ses armes au diable?

Pour mémoire: une lettre de Van Cau de 2002

G O U V E R N E M E N T  W A L L O N
Le Ministre Président
A Monsieur Willy COLETTE
. Réf. : JVC/BI/PhH/mm/02646/37438 09 OCT 2002
Monsieur,
Comme toujours, c’est avec attention que j’ai pris connaissance de votre courrier. (N.B: «Mémoire & Vigilance» du 1/9/2002.)
Votre analyse du commerce des armes n’a pas manqué de m’interpeller tout comme elle ne peut que susciter l’adhésion de tout  humaniste.
Un socialiste peut-il défendre le commerce des armes sans état d’âme? La réponse est assurément non.
(…)
Alors oui, je me suis positionné comme responsable politique wallon (sic!) (…) (en faveur de la vente d’armes par la FN  Herstal  N.B.)
Comme mandataire politique, j’ai toujours pensé qu’il m’appartenait  de prendre mes responsabilités. Ce choix n’est pas toujours le plus confortable, il est pourtant, pour moi, le seul légitime. (re-sic!)
(…)
Jean-Claude Van Cauwenberghe
Conclusion de Molière: «Voilà pourquoi votre fille est muette»
W. COLETTE:
Pour une citoyenneté responsable!
Willy COLETTE
22, rue de l’Europe B-5003 Saint-Marc (Namur)
Téléphone-Fax : 081-73.20.81