"Le Soir" historiquement juste !

TB à Pierre Bouillon
31 May, 2010

Pierre Bouillon, dans Le Soir de ce 31 mai, écrit sur deux pages l'histoire de la question nationale Un pays en chantier depuis le berceau.  Sans, cette fois, minimiser le rôle de la partie wallonne dans l'affaire. Il écrit notamment pour la période après 1960 : « La ligne wallonne est désormais celle-ci : la régionalisation doit permettre à la Wallonie de se libérer "du gouvernement de Bruxelles" (... et des Flamands), et de maîtriser ses outils économiques. La ligne flamande est (à l'époque), celle-ci : il faut que la Flandre dispose des outils culturels dont elle a besoin pour prothéeer sa langue, sa culture. Si elles ne coïncident pas, ces deux aspirations vont se conjuguer pour transformer l'Etat, au fond dans un esprit de donnant-donannt... » (Le Soir du 31 mai, p. 7). Ce n'est que très juste. Nous avons regretté que Jean-Pierre Stroobants, encore récemment, écrive dans Paris-Match (28 mai 2010), un article où  le fédéralisme semble n'avoir  été voulu que par les Flamands...

Bien entendu on pourrait critiquer le fait que Pierre Bouillon, à certains égards excellent, se trompe un peu quand il parle de la « panique » des Wallons face à la progression des lois en faveur du néerlandais. Ce qui faisait peur aux Wallons (et qui explique la forte réaction de Destrée en 1912 : « Sire, il n'y a pas de Belges » et la volonté de voir la « Wallonie séparée de la Flandre », ce qui est une formule fédéraliste à l'époque), c'est leur minorisation 1. En 1912, il y a 28 ans que les gouvernements belges sont en réalité des gouvernements flamands, parfois même assurés de la majorité des sièges au Parlement sur la base de la seule Flandre. Il y avait là une inquiétude. On sait  aussi que, le 12 mai 1912, une manifestation rassembla 20.000 personnes à Liège qui s'opposaient au fait que la ligne Bruxelles-Cologne ne passe ni par Liège, ni par  Verviers 2  C'est important à signaler car si, même à Charleroi,  le nouveau  livre de Quévit  est temporairement introuvable, c'est en raison du fait qu'il comble les lacunes immenses de l'information sur la Wallonie. Notamment du point de vue de sa minorisation 3. Entre Destrée et Quévit en passant par Renard, la position wallonne se comprend facilement et elle a une vraie constance.

Cette manifestation est parfois considérée comme la première manifestation populare du mouvement wallon et il y avait à Liège à ce rassemblement bien d'autres personnees que des Liégeois. On pourrait aussi reprocher à Pierre Bouillon qu'il ne parle que des lois linguistiques de 1921 et non de celles des années 30 qui  (sauf pour l'armée), se forgèrent (c'est la seule vraie fois), sur la base d'un consensus entre Wallons, Flamands et Bruxellois. Toutes les autres ayant été en fait imposées par la loi du nombre 4.

On pourrait aussi regretter que toutes les photos illustrant l'article sont des photos d'hommes politiques flamands ou de militants flamands qui manifestent. Ou que Le Soir fasse peu de cas de la position de la FGTB wallonne - aujourd'hui ! - sur la régionalisation, position plus audacieuse que toutes celles de la présidentocratie.  Nous espérons que les médias rendront justice à la Wallonie, ce qui est d'ailleurs une façon de sortir des irritantes questions communautaires et de - enfin - bâtir des nations qui peuvent s'entendre plutôt que de maintenir celle qui nous divise. Et dont plus personne ne croit vraiment à l'unité.

Il est bon de redire aussi que la démarche culturelle wallonne a intégré, bien plus qu'on ne désire le croire, les luttes sociales à la base du mouvement  autonomiste. Sait-on beaucoup qu'un Henri Pousseur l'a fait dès 1961 ? Henri Pousseur a aussi écrit une musique où il évoque les grèves sauvages et la violence qui s'ensuit en 1960 5.

Post Scriptum du 1er juin:

Le Soir et De Standaard ont entamé tout un feuilleton sur le dialogue entre Flamands et Francophones (une façon de parler qui dérange les deux philosophes interrogés, l'un, Van Parijs, se disant Bruxellois et l'autre Delruelle, se disant Wallon, tout cela d'entrée de jeu, ce qui n'est pas secondaire. Et plusieurs prônant d'ailleurs une Belgique à trois...)

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////ERREUR//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Le Soir d'aujourd'hui semble sucrer une partie du reportage réalisé à Maredsous, le passage du début où sont rapportées les paroles de l'abbé: «Zegt het niet aan meneer De Wever, maar onze orde werkt volgens een confederaal model dat al meer dan duizend jaar ziijn waarde bewijst. »  (Ne le dites pas à Monsieur De Wever, mais notre ordre fonctionne depuis plus de mille ans selon un modèle confédéral qui a fait ses preuves. On sait d'ailleurs le rôle que l'Ordre de Saint-Benoît a joué à cet égard, au moins dans la culture démocratique européenne en général...) Nous ne chercherions pas la petite bête dans cette différence (qui ne peut pas être accidentelle puisque les reportages wallons sont assumés par un journaliste du "Soir"? Et qu'on s'imagine difficilement De Standaard ajoutant une phrase qui ne se trouvait pas côté wallon ou francophone, c'est donc de ce côté qu'on l'a retiré?).

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////ERREUR//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Erreur du rédacteur de ce passage qui a été invité à recoiper cent fois, je dois lire avec attention les journaux francophones, pas seulement flamands. (2/6/2010)

////////////////////////////////////////

Nous n'avions pas  lu attentivement De Standaard samedi , JP Stroobants dans Le Monde traduit aujourd'hui une partie de l'édito de DS  du 29 mai   : «Ironiquement - ou dramatiquement - nous avons peu appris l'un de l'autre, en dépit d'un tel projet (...) Tout cela démontre uniquement à quel point le fossé est profond.» (in Le Monde de to-day). Mais des journalistes du "Soir", déjà il y a vingt ans, nous avaient confié qu'ils ne croyaient que peu à cet exercice.  Ceci dit, nous ne pensons  pas nécessairement que le fossé est si profond que cela ou en tout cas,  qu'il serait devenu plus profond aujourd'hui par rapport à des années antérieures, en 1950 par exemple ou, par exemple, quand la majorité des Wallons ne parlaient vraiment que le wallon... En fait,  les médias vendent quelque chose. Il y a un analyste des médias qui a bien montré cela en 2007 pour la campagne présidentielle en France:

Nous assistons dès lors à une perte de participation – du fait que la « télécratie » court-circuite toutes les organisations qui constituent le corps social, et délite ce corps social, et finalement décompose ce corps social. La perte de participation– et c’est ce sur quoi spécule Madame Royal en disant « je vais faire de ladémocratie participative », elle a l’intuition qu’il y a un manque de participation qu’elle exploite en pratiquant une politique pulsionnelle – c’est ce qui résulte descourts-circuits politiques provoqué par la domination des médias audiovisuels sur la vie publique. 6

Le Soir et De Standaard (peut-être avec  bonne foi ?), vendent du dialogue sentant que le besoin de celui-ci existe (tellement le choeur des pleureuses se lamente sur la fin de la Belgique celle-ci semblant arriver comme un coup de tonner en un ciel bleu). Mais est-il satisfait pour autant de cette façon? Ne ferait-on pas bien prioritairement de montrer que ce conflit  en Belgique n'est pas idiot, qu'il peut s'expliquer rationnellement, que les Anglais, les Américains, eux, le font, contrairement aux Français par lesquels nous nous laissons trop influencer? Est-ce que c'est si simple que cela de vivre ensemble dans un grand pays, un moyen pays, un petit pays et même quand on n'est qu'à deux dans un couple, voire même qu'à qu'un comme disait Tchantchès?

Voyez aussi Béatrice Delvaux et la Wallonie (nouvelle édition augmentée)

  1. 1. Wallons /Flamands: le mot
  2. 2.  Voir l'article Transport ferroviaire par Pol Delforge dans l'Encyclopédie du mouvement wallon, Tome III, 2001 pp. 1540-1550).
  3. 3. Critique : Flandre-Wallonie. Quelle solidarité ? Michel Quévit (Couleurs livres)
  4. 4.  Voir La loi flamande du nombre a 122 ans
  5. 5. The Trois Visages de Liege  [...evokes] not only moments in sonic civic history, but the sounds of its historical events as well: wildcat strikes and their ensuing violence in 1960, protests against new laws being enacted, etc.
  6. 6.   Bernard Stiegler, L'opinion publique comme marché. Télécratie contre démocratie