L'affaire Michaud au Québec : dix ans le 14 décembre

15 décembre, 2010
L'affaire Michaud est une  controverse survenue au  Québec  en décembre 2000. Elle concerne les événements liés à la candidature d' Yves Michaud (Québec) à l'investiture du  Parti québécois de Mercier (circonscription électorale provinciale) 1 Voir aussi le témoignage du principal intéressé 2 L'affaire débute le 5 décembre 2000 lors d'une entrevue radiophonique animée par  Paul Arcand  à la station de radio  CKAC de  Montréal . Yves Michaud y mentionne une anecdote faisant référence à une conversation tenue, chez son coiffeur, avec un  Sénateur juif du Canada :
Bien, je vais vous raconter une anecdote. J'étais... je suis allé chez mon coiffeur il y a à peu près un mois. Il y avait un sénateur libéral que je ne nommerai pas qui représente une circonscription de langue française et qui me demande: « Es-tu toujours séparatiste, Yves? » J'ai dit « Oui, oui je suis séparatiste comme tu es juif. Ça a pris à ton peuple 2000 ans pour avoir sa patrie en Israël. J'ai dit: moi, que ça prenne 10 ans, 50 ans, 100 ans de plus ça peut attendre. Alors il me dit: « Ce n'est pas pareil. Ce n'est jamais pareil pour eux. Alors j'ai dit: « Ce n'est pas pareil? Les Arméniens n'ont pas souffert, les Palestiniens ne souffrent pas, les Rwandais ne souffrent pas ?  J'ai dit: « C'est toujours vous autres. Vous êtes le seul peuple au monde qui avez souffert dans l'histoire de l'humanité.» 3

Le 13 décembre, lors de sa participation aux États généraux sur la situation et l'avenir de la langue française au Québec, Michaud fait plusieurs déclarations remarquées  mentionnant notamment que ses concitoyens devraient suivre l'exemple de ce que le  Lionel Groulx  disait à propos du peuple juif. Le chanoine Groulx invitait ses compatriotes «à posséder, comme les Juifs, leur âpre volonté de survivance, leur invincible esprit de solidarité, leur impérissable armature morale», ajoutant que «l'antisémitisme était une attitude antichrétienne et que les chrétiens sont, en un sens, spirituellement sémites...» 4

Ces commentaires ont été suivis d'une motion de blâme adoptée à l'unanimité et sans débat par l' Assemblée nationale du Québec, provoquant une crise importante au sein du  Parti québécois entre les défenseurs et les détracteurs de Michaud. Motion de blâme adoptée à l'Assemblée nationale, le 14 décembre 2000.M. Lawrence Bergman: M. le Président, une motion sans préavis.

Que l'Assemblée nationale dénonce sans nuance, de façon claire et unanime, les propos inacceptables à l'égard des communautés ethniques et, en particulier, à l'égard de la communauté juive tenus par Yves Michaud à l'occasion des audiences des états généraux sur le français à Montréal le 13 décembre 2000. 5
Depuis, des députés du Parti québécois, en fonction au moment de cette motion, ont exprimé leurs regrets rétrospectifs d'avoir voté en faveur de la motion 6 affirmant notamment avoir dû se prononcer sans connaître le propos reproché.

 

Il est anormal qu'Yves Michaud (qui n'a rien d'un antisémite), ait été blâmé par l'Assemblée nationale du Québec

Surtout que c'était à l'unanimité.

On peut l'expliquer par l'emballement médiatique ou par la théorie du mimétisme : quand tout le monde jette des pierres à quelqu'un (au propre ou au figuré), il est difficile d'adopter une autre attitude. C'est à ce point vrai que le Talmud juif (cité par Emmanuel Levinas), considère que toute condamnation à mort, quand elle est décidée par un jury unanime, doit être immédiatement invalidée, l'unanimité reproduisant la structure même du lynchage et étant suspecte a priori.

Cela  fait penser à cet incident (déjà ancien) où Bernard Landry quand il a été battu par Charest (actuel Premier ministre du Québec). Celui-ci, lors d'un débat télévisé, lui a brusquement dit que Parizeau avait repris ses propos du soir de la défaite du référendum de 95, lui demandant s'il sen distanciait ou non. On se souvient que Parizeau (qui avait dit que le NON l'avait emporté à cause de l'argent et du vote ethnique) avait lui aussi été accusé d'antisémitisme.7

Les débats sur ces questions sont tellement piégés (on parle ici de gens qui sont des humanistes et des antiracistes), que Taguieff a un jour écrit que celui qui gagne dans un débat est celui qui parvient le premier à traiter son adversaire de raciste.

Tellement l'union entre l'idée que les hommes sont différents et en même temps sont semblables est une contradiction logique qui ne peut se résoudre que dans une unité tragique (c'est-à-dire en un sens contradictoire : il faut tenir à la fois que les hommes sont semblables et qu'ils sont différents).

  1. 1. Le Devoir, Michel David, Honteux anniversaire, 28 octobre 2010.
  2. 2.  Mon exécution parlementaire Yves Michaud, Le Devoir, 27 octobre 2010.
  3. 3. Ce qu'a dit Yves Michaud : deuxième partie : Entrevue avec l'animateur Paul Arcand : La Presse ( 19 décembre 2000.
  4. 4. Yves Michaud
  5. 5. Signé du député libéral de D'Arcy-McGee,  Lawrence Bergman   parti libéral du Québec  et du député  parti péquiste de   Sainte-Marie André Boulerice.
  6. 6. Dossier Vigile
  7. 7. Rebondissement étonnant de l'affaire Parizeau au Québec lors de la campagne électorale