Problèmes belges intéressants

7 mai, 2010

Martin Conway  a écrit à propos de la Belgique et des questions qui la déchirent :

« Les historiens européens ont trop négligé l'histoire contemporaine de la Belgique. Ses origines dans le compromis diplomatique de 1830, une géographie banale et une apparente placidité de la culture politique ont créé l'impression d'un pays sans grand intérêt, à côté de ses plus grands et turbulents voisins. Cette négligence est injustifiée. Le développement de la Belgique, depuis sa création en 1830, représente un important exemple de la complexité de la construction d'une nation en Europe occidentale. En tant que partie des Pays-Bas autrichiens au XVIIIe siècle, puis de l'Empire napoléonien et, après 1815, de la monarchie hollandaise, ses diverses populations ont partagé une longue destinée commune. Mais mise à part leur foi catholique, ces populations n'ont guère de choses en commun. A la division ethnique entre les Wallons francophones des provinces du Sud et les populations néerlandophones de la Flandre s'ajoute une longue tradition de rivalités politiques et économiques entre les villes d'Anvers, Gand, Bruxelles, Liège... A cela, il faut superposer l'industrialisation rapide du XIXe siècle, particulièrement dans les provinces de Liège du Hainaut et de  Flandre orientale. Cette industrialisation creuse des divisions profondes entre la classe ouvrière, qui endure des conditions de vie parmi les plus pénibles de l'Europe occidentale, et une bourgeoisie, principalement francophone, particulièrement confiante en elle-même. »

Martin Conway  prépare un livre sur la Belgique qui concernera les années d'après la Deuxième Guerre mondiale. 1

Martin Conway, Degrelle. Les années de collaboration, Labor, Bruxelles, 2005, p. 24

  1. 1. Martin Conway, Université d'Oxford.