Radioscopie "Soir"/2000

Paru sous le titre : Radioscopie d'une récente publication du journal "Le Soir"
Toudi mensuel n°30, juin-juillet 2000

Certains  pensent que nous exagérons en présentant le journal Le Soir comme  hostile à la Wallonie. Le document que nous présentons Les 52 fiches de l'actualité du siècle, Bruxelles, 2000, a été publié  par Le Soir avec le concours de la RTBF (une centaine de pages abordant les sujets que nous appelons «domaines» dans le tableau ci-dessous. On a retenu les «domaines» concernant notre problématique.

 

Domaines

Réalisations de Wallons

Acteurs

Qualifications

Remarques

Surréalisme

Le Thérapeute (peinture)

Magritte

« Le Belge Magritte »

Surréalisme hennuyer ignoré

Bande dessinée

Journal Spirou

Divers

« De Belgique »

 

Cinéma

Rosetta

Les Dardenne

Film belge

Mention d'Henri Storck

Nationalismes

Néant

De Gaulle

« La Belgique choisit la fédéralisation pour échapper au nationalisme flamand »

Mention du livre (européen) d'E.Nguyen, conforme à cette présentation en ce qui concerne la Belgique

Syndicalisme

Grèves de 1960 (trois mots)

Renard

« Né en France »

Vie et action de Renard présentés comme des échecs. Lien avec autonomie wallonne: rien.

Belgique fédérale

Rien

Belgique, Flamands

Wallonie: rien

Le fédéralisme est présenté exclusivement sous l'angle linguistique. Première mention de Wallonie pour signaler son déclin

Féminisme

Néant

S. de Beauvoir

Rien de Wallon

Ignorance de la grève de la FN en 66 imposant égalité salaires H/F et sa répercussion européenne

Fascismes

Une division SS

Hitler, Staline, Degrelle

(seuls ces 3 hommes sont signalés)

« Division SS Wallonie »

2e et seul  autre emploi (un peu plus étendu) du mot  «Wallonie» dans l'ouvrage, une brève notice sur Destrée exceptée.

 

Ce document du «Soir», utilisé comme matériel pédagogique, ne mentionne que marginalement les événements de juillet 1950, les plus graves en politique intérieure belge. En revanche, Léon Degrelle a droit  à une place plus qu'honorable. Tous les monarques sont également cités. Le général de Gaulle est mentionné comme «nationaliste» sans référence à la Résistance. Celle-ci est ignorée.

Aucun  acteur politique, culturel, religieux, syndicaliste (etc.) n'est qualifié de wallon. La réforme de l'État est présentée sans lien avec les problèmes économiques wallons qui sont cependant mentionnés, mais seulement dans leur aspect négatif et comme s'ils ne motivaient aucunement la réforme. Cet ouvrage obligerait à penser  que la seule réalisation «wallonne» (sic) au XXe siècle est  la division (sic) SS de Degrelle. C'était le cas, mais la Wallonie devait-elle être mentionnée à cette seule occasion?

Tout ceci est en grande partie inconscient. Mais révèle:

1) que l'on parle des Wallons souvent seulement  comme belges  à la RTBF et ailleurs;

2) ce qui tend à occulter la participation de la Wallonie (comme telle) à la vie sociale en général (et en particulier la réforme institutionnelle qui la fait cependant accéder au rang d'État fédéré);

3) et aboutit, quasi logiquement, à faire d'une division SS la seule réalisation wallonne du  siècle.

Processus inconscient mais «violence symbolique»  (Jacques Dubois) subie par la Wallonie, jusqu'à l' abjection.