Régiments flamands et wallons en mai 1940

Toudi mensuel n°70, janvier-février-mars 2006

Histoire de Belgique et de Wallonie

Un événement qui n'est pas raconté n'a pas eu lieu (Hannah Arendt)

Léopold III et Albert Ier [...] s'en tiennent strictement à l'idée que les devoirs de la Belgique l'obligent non à se survivre comme telle, mais à s'acquitter de ses devoirs envers ses garants, devoirs considérés comme limités à la défense militaire de son territoire, dans le sens le plus étroit du terme. Il faut d'ailleurs noter que, dans les deux cas, cette interprétation limitée de l'indépendance nationale ne concordait pas avec les réactions d'une partie importante de l'opinion publique.  (Robert Devleeshouwer, Critique Politique, 1979)

Il y a la mémoire qui accuse. Celle qui veut rétablir la vérité, mais n'est pas vengeresse. (L'histoire est à nous, Rossignol, 2005)

 

Les deux guerres mondiales ont à ce point marqué l'Europe qu'elles continuent à déterminer son destin et le destin de ses nations. Il ne faut pas non plus oublier qu'en ce qui nous concerne, les deux guerres ont très profondément déchiré l'histoire de la Belgique.

« Très profondément » parce que la monarchie a voulu deux fois diriger l'effort de la nation en guerre en prenant le commandement de son armée. L'affaire royale consécutive à la capitulation de mai 1940 marque en un sens tout notre 20e siècle. Certes, Léopold III a abdiqué en juillet 1951. Mais il a conservé quelques parts de pouvoir dans l'ombre de son fils, au moins jusqu'en 1961, année durant laquelle il est encore dans l'entourage de Baudouin Ier qui trempe dans l'assassinat de Lumumba1. Le silence auquel s'étaient engagés les partis politiques après l'insurrection wallonne de 1950 dure au moins jusqu'en 1975, année durant laquelle Jean Duvieusart, Premier Ministre lors des événements les plus graves de notre histoire intérieure, publie une série de notes compilées sur sa présence à la tête du gouvernement durant les troubles2.

La BRT lance une série d'émissions De Nieuwe Orde en 1982. A travers une interview de Robert Poulet diffusée en avril, Léopold III est mis en cause. Il écrit alors au Premier Ministre pour lui demander si l'accord pour ne pas rallumer les polémiques sur l'affaire, accord signé en 1950 par les partis politiques, tient toujours. Le Premier Ministre lui en donne acte. Il y a eu une petite crise politique. Un journaliste de la RTBF demanda à Francis Delpérée si l'émission de la BRT était « légale » (sic). La publication du livre posthume de Léopold III Pour l'histoire ne clôture pas les polémiques même si, à la télévision, beaucoup d'historiens plaident en faveur de la sagesse des hommes politiques capables d'éviter le pire à la fin du mois de juillet 19503. Même si la Belgique se défait, même si la monarchie a perdu bien de son influence depuis la mort de Baudouin Ier la structuration de la nation belge autour de ses rois demeure un fait de longue durée capital.

Un premier point d'incandescence : le gouvernement wallon de 1950

En 1979, j'avais tenté de voir clair dans la tentative de former à Liège un gouvernement wallon provisoire en 1950 4. Il me semblait que cette tentative permettait de se saisir de certains éléments de la crise nationale belge en l'un de ses plus hauts points d'incandescence, instants où, intuitivement, nous sentons bien que les structures historiques et sociologiques profondes des nations se donnent à voir. Les études que j'ai pu faire sur ce thème ont été publiées en 1979 dans La Cité, en 1980 dans De Morgen. J'ai pu en témoigner à la BRT en 1982, émission qui a été traduite à la RTBF en 1984. Dans Les faces cachées de la monarchie belge (1991), André Schreurs m'a donné la permission de publier des écrits de son père qui attestent de la tentative séparatrice de juillet 1950. Enfin l'Encyclopédie du mouvement wallon parue en 2001 comporte un article intitulé Gouvernement wallon de 1950.5 Jusqu'à présent, c'est davantage le côté politique de l'affaire royale - la rupture de Wijnendaele, la réunion de Limoges, les activités du roi pendant la guerre bien révélées par Velaers et Van Goethem6, la rupture de l'opinion de gauche avec Léopold III dès 1945, bien sûr aggravée en juillet 1950 - qui avait retenu mon attention.

Un deuxième point d'incandescence : les régiments flamands de mai 40

Tract allemand

Les Alliés à la Bataille de la Lys (1940) selon un tract allemand jeté d'avion le 25 mai 1940 (le jour de la reddition sans combattre de la IVe Division d'Infanterie composée de régiments flamands): l'armée belge est postée un peu à l'est de Lille jusqu'à la mer

Le simple fait de travailler sur la vie de mon père m'a amené à tenter de comprendre les combats très courts sur la Lys auxquels il a été mêlé du 23 au 26 mai. De là, j'ai tenté d'y voir un peu plus clair sur la bataille de la Lys. Philippe Destatte a mis en évidence en 1995 et en 1997 la vaillance des régiments wallons et s'est étendu quelque peu sur certaines défections de régiments flamands7. Il note aussi, en 1997, qu'il n'y a pas d'étude d'ensemble du comportement des différents régiments durant la courte campagne de mai 1940. C'est peut-être cela qui m'a amené à chercher de plus en plus passionnément la manière d'en réaliser une. Je me contenterai dans le texte qui va suivre de synthétiser le comportement de l'infanterie des grandes divisions de cette arme du 10 au 28 mai. De cette analyse que j'ai pu réaliser en lisant une grande partie de la littérature la plus conformément belge sur les dix-huit jours, je conclus qu'une majorité des divisions flamandes a fait défection ou, du moins, manqué gravement de combativité. Ce sont ces défections qui ont été à l'origine de la capitulation du 28 mai 1940 ou à tout le moins du caractère hâtif de cette capitulation qui découvrait les armées alliées en train de tenter le rembarquement de Dunkerque. Ces faits ne sont nullement niés par la littérature historique la plus conforme et même par des documents approuvés par Léopold III : « dans les dernières heures, des unités se rendirent à l'ennemi sans ordre... »8 Pourtant dans toute la discussion sur l'affaire royale, il n'est que peu question de l'aspect militaire de la controverse. A vrai dire, depuis mai 1940, soit en 66 ans, si, à maintes reprises, en ordre dispersé, dans maints ouvrages (en fait : tous en parlent mais à mots couverts, en le repoussant dans les notes, en minimisant les choses (etc.) comme Jean Vanwelkenhuyzen9), il est question de ces défections, elles ne sont réellement traitées que dans un seul texte parmi tous ceux auxquels j'aie eu accès. Il y a en effet deux pages de la Revue des chasseurs ardennais signée par le Commandant Hautecler dans son premier numéro de 1980 Le manque de combativité des régiments flamands. En 2001 encore, Serge Moureaux (Léopold III, la tentation autoritaire, Luc Pire, Bruxelles, 2002), expliquait la difficulté d'y voir clair en cette période de notre histoire pourtant si cruciale, nous essayerons aussi de dire pourquoi.

Première réponse brève à deux objections

Avant d'en venir aux faits que nous voudrions traiter ici, je voudrais prévenir plusieurs objections.

  1. Il n'entre nullement dans mes intentions d'aborder ce sujet délicat pour mettre en balance le « courage » des soldats wallons et la « lâcheté » des soldats flamands.

  2. La capitulation de mai 1940 a souvent été justifiée par des raisons humanitaires ou pacifistes : Léopold III aurait songé à « épargner » le sang de ses soldats « à l'exemple de son père ». A cela il faut répondre que l'intention royale (si elle est celle qu'on dit !) procède d'une vision moins pacifiste ou « humanitaire » qu'égoïste ou nationaliste : elle reporte sur d'autres que nous la nécessité de combattre l'hitlérisme et elle est une sorte d'insulte aux 14.000 résistants fusillés et tués, principalement wallons. En plus, il n'est pas si évident que cela que ce roi ou son père aient été si soucieux « d'épargner la vie de leurs soldats » : les morts dans l'armée anglaise de 1914-1918 sont équivalents à ceux de l'armée belge (10% des mobilisés), ceux des armées allemande et française ont des pertes supérieures (15 et 17%). Il suffit de consulter à ,cet égard l'Encyclopédie de la Grande Guerre. Quel démenti simple à l'idée d'un Albert Ier soucieux d'épargner le sang de ses soldats !

  3. La question de l'influence de ces défections sur les événements est à discuter. José Gotovitch et Jo-Gérard-Libois (L'an 40, Crisp, Bruxelles, 1970, p.97) estiment qu'ils n'ont eu aucune influence, estimant inévitable la défaite, notamment à cause de la supériorité technique de l'armée allemande - ce qu'Eric Simon conteste dans cette même revue. En outre, si la défection des régiments flamands pourrait ne pas avoir eu d'influence sur la bataille de mai 40 à l'ouest, cette défection a déterminé aux dernières heures si cruciales, la conduite de la guerre en Belgique. Et même si ce n'était pas le cas (mais nous pensons que si !), le comportement de ces régiments mérite d'être interrogé dans la perspective de la question nationale en Belgique.

Une question cruciale

Les Wallons sont dans un rapport assez faux à leur propre histoire, leur mémoire, leur identité. On pourrait dire que l'histoire à travers laquelle on juge souvent de l'actualité dans notre pays, est l'histoire des injustices commises à l'égard de la Flandre sur le plan culturel ou linguistique. Combien de fois n'entend-on pas dire que les Wallons auraient dû « accepter » le bilinguisme en 1932 ou que seuls les Flamands font « l'effort » de connaître « les deux langues » ? Il a même pu arriver que le Plan Marshall de redressement wallon soit jugé à l'aune de sa crédibilité en Flandre. Encore tout récemment Francis Van De Woestijne, dans La Libre Belgique du 6 février 2006, p.21 pense que le redressement wallon a comme tâche de « freiner les ardeurs séparatistes » de la Flandre ! Ce qui voudrait dire que si les tendances séparatistes n'existaient pas, les chômeurs wallons n'auraient plus qu'à subir leur sort ? Dont d'ailleurs, une certaine Flandre se délecta de les rendre longtemps coupables, par vaine revanche ? Que des journaux francophones obéissent à cette logique stupéfie.

Ces façons de présenter les choses sont dommageables, parce qu'elles n'instruisent qu'à charge en ce qui concerne les Wallons. On pourrait montrer que des indices sérieux existent du fait que les Wallons ont pu penser que le vote de la loi imposant l'unilinguisme en Flandre en 1921 (obtenue par un vote Flamands/Wallons), était aussi, quelle que soit la légitimité du combat flamand, une manière de rompre un contrat national portant sur une langue commune que les Wallons ne possédaient pas tous (loin de là !), en 1830. La loi sur la flamandisation de l'armée en 1938 a pareillement été imposée par la loi du nombre10. Imposer l'unilinguisme en Flandre, la population la plus nombreuse, impliquait d'imposer aux Wallons la connaissance d'une autre langue encore que celle qu'ils s'efforçaient de parler, le français. Mais les Wallons ne parlaient pas encore tous le français, et beaucoup usaient d'une autre langue (le wallon), dont ils n'ont pas songé à imposer l'existence, ce à quoi ils ne seraient pas parvenus (Bovesse a tenté de légiférer à cet égard sans succès), pas plus que les Flamands ne seraient parvenus à le faire de leur côté s'ils avaient été, comme nous, minoritaires. Sur les champs de bataille, deux ans plus tard, le pacte, à notre sens, s'est bien plus gravement déchiré.

Une autre objection : histoire, guerre, paix

Il est clair que ces événements sont vieux de 66 ans. Mais il est clair aussi que, selon le mot d'Arendt, ces événements, jusqu'ici, n'ont pas existé parce qu'ils n'ont jamais été vraiment racontés. Kapferer a montré que la Guerre est l'épreuve à laquelle se mesure mieux la profondeur de l'angoisse humaine devant la Mort, non seulement la Mort individuelle, mais aussi la Mort collective. Il le montre à travers la fameuse rumeur dite du « cadavre dans l'auto » où se colportent ces histoires où l'on lit une sorte d'adhésion inconsciente de ceux qui les racontent à l'idée barbare du meurtre rituel. La voici. Un autostoppeur arrête une voiture sur la route d'Orléans à l'été 1938 et dit au conducteur qu'il peut lui donner la preuve qu'Hitler mourra à l'automne : l'automobiliste arrêté va rencontrer plus loin un accident, devoir charger un blessé pour l'emmener à l'hôpital. Quelques kilomètres plus loin, le blessé mourra dans l'auto. Ceux qui colportent cette rumeur précisent ensuite que tout se passe selon les dires de l'autostoppeur. La même histoire est racontée en Allemagne et partout. Avant 1914, il ne s'agit plus d'une voiture, mais d'une calèche.

Au fond de ce récit, il y a la structure et la réalité du sacrifice humain : le plus grand sacrifice à offrir aux dieux pour obtenir d'eux en échange, la faveur suprême : ici que la guerre n'ait pas lieu par supposition que la mort du Chef ennemi l'empêcherait. Cette rumeur mesure bien le profond désarroi face à la Guerre pour que l'esprit humain en arrive à régresser à ce point vers la religion la plus barbare, celle qui admet les sacrifices humains.Mettons-nous en tête que, dans des circonstances semblables, voir des personnes sur qui l'on comptait pour résister à la Mort, s'effondrer, voir trahir, a traumatisé l'opinion de Wallonie, indépendamment de l'héroïcité ou non des choses.

Le souvenir de 1914

John Horne et Alan Kramer ont parlé dans un livre, récemment traduit en français, du mythe des francs-tireurs en août 1914 dont rien ne fonde la réalité, mais dont toute l'armée allemande finit par se convaincre sincèrement, phénomène que les deux auteurs rapprochent de la Grande peur dans la France révolutionnaire. En moins d'un mois, avec leur peur à eux au ventre, les soldats de l'armée impériale, exécuteront dans une centaine de villes et villages en Wallonie (autant vaut dire : partout), plus de 5000 civils, dont des femmes, des enfants en bas âge et des vieillards. 15.000 maisons seront détruites, des villages et des villes (comme Dinant) rasés. Les atrocités débordent aussi sur la Flandre et la France, mais c'est la Wallonie qui - cela est peu souvent souligné - en subit l'essentiel (70% des 7000 morts civils et des 20.000 maisons détruites ou incendiées tous pays confondus, cela en quatre semaines, les massacres se poursuivant à un rythme plus lent en septembre et octobre).11

Cette peur s'enracine côté allemand, dans les souvenirs des francs-tireurs français de la guerre de 1870, dans la phobie conservatrice des insurrections populaires, idéologie du commandement de l'armée impériale. Et les massacres de 1914 déterminent l'un des phénomènes les plus troublants de mai 1940 : l'exode massif des populations civiles vers la France, entraînant des millions d'hommes et de femmes vers la Méditerranée. J'avoue que, né pourtant après la guerre, conscient de l'obligation des hommes à y aller, j'étais persuadé, avec l'inconscience historique des petits enfants, que je devrais moi aussi me plier à cette épreuve où l'on affronte la Mort. Il se fait que scolarisé à Dinant - 674 civils massacrés, avec un grand-père paternel à Jemappes - 10 civils fusillés - et à Nimy - 13 civils fusillés mais aussi des simulacres d'exécutions auxquels fut soumis mon grand-père -, j'ai cru aussi à cette inéluctabilité de la guerre broyeuse de civils innocents, croyance en partie fondée, puisque en 1914 toute la Wallonie souffrit des exactions (une centaine de localités - dont la plupart des grandes villes - réparties sur l'ensemble du territoire). Ce fut, je crois, ma première angoisse de la Mort. La gravité des défections flamandes doit se lire dans ce contexte. De nombreux officiers et soldats wallons en eurent conscience. J'avoue que, jusqu'ici, tout en sachant ces défections, je ne m'imaginais pas leur ampleur, me sentant incapable de croire à des événements aussi graves, partageant le scepticisme de maints contemporains à l'égard de ces faits semblant sortir de l'imagination wallingante de François Simon au Congrès national wallon de 1945. Et pourtant...

Mais revoyons bien ceci : l'événement n'ayant quasiment pas été raconté n'existe pas. N'existant pas au niveau de la conscience claire, il demeure cependant présent dans une sorte d'inconscient collectif qui, avec mille autres facteurs (les prisonniers, la Résistance etc.), détermine sans doute l'âpreté des événements de juillet 1950. Des événements qui sont eux-mêmes ensuite censurés. Il est peut-être donc temps d'essayer de sortir tout cela de l'ombre où se débat et s'asphyxie peu à peu notre mémoire collective. Nous n'avons même pas la possibilité d'avoir une histoire nationale (wallonne), autocritique puisque nous n'en avons pas. Ou peu. Comment nouer de vrais rapports avec les Flamands si gisent au fond de nous tant de reproches non formulés sur des événements dont le fil conducteur court jusqu'à aujourd'hui?

Composition des divisions d'infanterie le 10 mai 1940

Pour simplifier l'exposé, nous mettrons ici l'accent sur les divisions d'infanterie, signalant éventuellement l'intervention d'autres armes. Francis Balace qui ne nie pas les défections flamandes de l'infanterie ni leur gravité, souligne qu'un grand nombre de régiments d'artillerie divisionnaire étaient des régiments flamands et que l'artillerie a joué un rôle important dans la campagne des 18 jours de même que les deux Divisions de cavalerie comprenant tant des régiments wallons que flamands. C'est une nuance importante que nous tenons à souligner avant de commencer.

Une division est composée de trois régiments d'environ 4000 hommes, d'un régiment d'artillerie et d'un bataillon du génie, soit 17.000 hommes. Les régiments d'artillerie sont en général des régiments flamands et l'artillerie a joué le rôle que nous venons de dire. Avec ces 20 divisions et les deux divisions de cavalerie, nous avons à peu près les deux tiers de l'armée belge, soit un peu moins de 400.000 hommes sur les 600.000 hommes de 1940. Il existe aussi des troupes d'armée, artillerie ou génie, l'aviation, la marine, les régiments wallons d'artillerie de forteresse dans les forts de Liège et de Namur, les Unités spéciales de défense de forteresse (USF), à Liège, Namur et Anvers les régiments légers (gendarmerie), la DTCA (Défense terrestre contre aéronefs), les régiments cyclistes, d'autres troupes. Les régiments wallons de forteresse combattront vaillamment, parfois même au-delà de la capitulation.

Sur les 20 Divisions d'infanterie, neuf sont uniquement composées de régiments flamands : 1ère DI, 2e DI, 4e DI, 11e DI, 12e DI, 13e DI, 14e DI, 16e DI.

Trois autres sont composées de deux régiments flamands et d'un régiment wallon : la 6e DI, la 7e DI, la 18e DI. La 6e DI est constituée par le 1er Grenadiers et le 9e de Ligne (flamands) et le 1er Carabiniers (wallon), la 7e DI est constituée des 2e Grenadiers et 18e de Ligne (flamand), du 2e Carabiniers (wallon), la 18e DI des 3e Grenadiers et 39e de Ligne (flamands), et du 3e Carabiniers (wallon).

Les huit divisions wallonnes sont la 3e DI, la 5e DI, la 8e DI, la 10e DI, la 15e DI, la 17e DI, la 1ère et la 2e Division de Chasseurs ardennais (Cha). Pour résumer d'une autre façon: 12 divisions flamandes (dont 3 avec un régiment wallon soit l'équivalent de 11 divisions), huit divisions wallonnes (+ l'équivalent d'une division). Ou encore, dans l'infanterie : 33 régiments flamands, 27 régiments wallons.

 

  • 1ère DI+2e DI+ 4e DI + 11e DI+12eDI +13eDI +14eDI +16eDI Neuf Divisions flamandes
  • 6e DI + 7e DI + 18e DI Trois Divisions flamandes avec 1 régiment wallon sur les 3
  • 3e DI+5eDI+8eDI+10eDI+15eDI+17eDI+1ère+2eDCha Huit Divisions wallonnes

 

Les Divisions numérotées de 1 à 6 sont des Divisions de soldats professionnels (« d'active »), les Divisions de 7 à 12 sont des Divisions dites de première réserve, les Divisions de 13 à 18 sont des divisions de deuxième réserve, moins bien équipées, dont la formation militaire est moins bonne, dont les soldats appartiennent à des classes plus anciennes. Les deux Divisions restantes sont les Divisions de chasseurs ardennais dont la 1ère est motorisée et dont le fonctionnement diffère quelque peu des autres divisions. Les chasseurs ardennais feront preuve d'une extraordinaire combativité du début à la fin de la campagne.12

 

Position de ces divisions le 9 mai au soir

 

Le 10 mai la position de ces Divisions d'infanterie est la suivante : la 17e DI, la 13e DI, la 12e DI, la 15e DI, la 9e DI, la 6e DI, la 14e DI, la 1ère DI, la 4e DI, la 7e DI, la 3e DI - soit 11 Divisions - sont en position derrière le Canal Albert et du Canal antichars d'Anvers (au sud de ceux-ci) et s'échelonnent dans cet ordre d'Anvers à Liège.

 

  • Il y a deux autre Divisions en position au nord du Canal Albert, l'une à l'est d'Anvers (la 18e DI), l'autre au nord d'Hasselt (la 11e DI).
  • Trois autres divisions sont en position à l'ouest de Gand (16e DI), à l'ouest de Bruxelles (5e DI) et l'est (10e DI) de Bruxelles.
  • Trois au sud de Liège : entre l'Ourthe et la Meuse (2e DI), entre la Méhaigne et la Meuse ou entre Andenne et Namur (la 2e Cha), à Namur (la 8e DI).
  • Une division stationne tout au long de la frontière avec le Grand-Duché, la 1èreDivision de Chasseurs ardennais13.

 

Pour le résumer encore sommairement, 13 divisions sont à la garde du Canal Albert (et Canal antichars d'Anvers),

 

  • 17 DI + 13 DI + 12 DI + 15 DI + 9 DI + 6 DI + 14 DI + 1 DI + 4 DI + 7 DI + 3 DI + 18 DI + 11 DI

 

trois à l'intérieur du pays entre Gand, Bruxelles et Louvain :

 

  • 16 DI + 5 DI + 10 DI

 

trois entre Liège et Namur et à Namur

 

  • 2 DI + 2Cha + 8DI

 

une à l'ouest du Grand-Duché de Luxembourg (au long de toute sa frontière)

 

  • 1 Cha

 

Combats du 10 mai, première défection d'une division flamande

Le 10 mai au matin l'armée allemande attaque les positions belges sur le Canal Albert et à Eben -Emael. Ce fort réputé imprenable est détruit par des soldats allemands parvenus en planeurs sur sa superstructure et qui le font sauter en y introduisant des charges creuses : il se rend le 11 mai. La 7e DI qui occupe des positions de part et d'autre du fort est en grande partie détruite : le 2e Grenadiers, par exemple, régiment flamand est pratiquement anéanti, son chef le Colonel Herbiet est capturé. Dix officiers sont tués dont deux chefs de bataillon, en tout 207 soldats. Le reste est capturé ou blessé, seuls 600 hommes peuvent être évacués vers la France. Le régiment flamand du 18e de Ligne subit un sort aussi sévère de même que le 2eCarabiniers, régiment wallon. Ensemble, les trois régiments ont 7000 prisonniers, des morts, des blessés : la 7e DI a quasiment disparu. Nous suivons ici principalement Eric Simon dans Le rapport des forces entre la Heer et l'Armée belge en, mai 1940, mais aussi quelques autres ouvrages outre ceux déjà cités (Bernard, Michiels, de Fabriebeckers etc.)14

Il faut distinguer cet anéantissement de la 7e DI de celui de la 14e DI flamande dont 5.000 hommes se rendent à Paal le 13 mai lors du retrait vers la ligne KW, le reste étant jugé inapte au combat et parqué sur l'Yser. Eric Simon explique cette première reddition de troupes flamandes par un retrait trop rapide de la 6e DI, mais considère cette reddition comme différente d'autres captures et par exemple de celles de la 7eDI. D'autres auteurs (Bernard, Michiels) sont tout aussi sévères à l'égard de la conduite ou de la valeur de cette 14e DI flamande.

Face au Luxembourg, l'opération de planeurs allemands à Nives et Witry permet de faire quelques prisonniers dans les deux divisions ardennaises (des permissionnaires), mais empêche aussi que l'ordre de repli touche les compagnies ardennaises stationnées à Bodange et Chabrehez qui, sans artillerie, sans armes anti-chars vont arrêter très longuement, avec quelques dizaines d'hommes, 4 Divisions blindées allemandes. La Compagnie du Commandant Bricart à Bodange tiendra pendant huit heures et il faudra trois bataillons allemands soit 3.000 hommes plus un groupe d'artillerie pour la réduire. Les combats de Bodange et Chabrehez confirment le sentiment d'Eric Simon sur la prétendue supériorité de l'armée allemande en 1940. Si quelques dizaines d'hommes ont arrêté l'un des principaux efforts allemands qui allait être décisif sur la bataille à l'ouest (les 4 Divisions blindées franchissent la Meuse les 13 et 14 mai à Sedan annonçant la défaite française), qu'aurait accompli la 1ère Division ardennaise toute entière avec sa mobilité, son artillerie, ses armes antichars ? Or la vitesse de la progression des quatre divisions allemandes traversant le Luxembourg a déterminé l'effondrement français de Sedan. Certes l'usage des planeurs et des parachutistes à Eben-Emael et aux ponts de Vroenhoven et Veldvezelt a donné à bien des combattants l'impression inverse d'une invincibilité de l'armée allemande, non sans raisons, mais des raisons qui à notre sens n'infirment cependant pas la thèse d'Eric Simon.15

Retrait sur la ligne KW

Les régiments en place sur le canal Albert vont donc se retirer progressivement derrière la principale ligne de défense, la fameuse ligne KW (Koningshoyckt-Louvain-Wavre - Koningshoyckt est un village près de Lierre soit à une bonne dizaine de km d'Anvers). Luc Devos écrit : « La ligne KW avait rendu à l'armée belge la confiance que beaucoup d'unités avaient perdue après la percée rapide du canal Albert. Flanquées par les armées alliées et protégées par d'excellentes formations d'artillerie, les troupes étaient prêtes, au matin du 16 mai, à s'opposer à une attaque allemande massive. Mais celle-ci ne se produisit pas ; au lieu de cela, les soldats eurent à entendre qu'ils devaient quitter leurs positions et se retirer vers l'ouest... »16 Sur la ligne KW elle-même, les Anglais combattaient aux côtés de l'armée belge, et au nord de Wavre, entre cette ville et Namur, les Français. Dès le 15 au soir, cependant, les troupes belges stationnées dans la Position fortifiée de Namur (PFN), qui y avaient été rejointes par les troupes de la Position Fortifiée de Liège (PFL), déjà abandonnée, durent à leur tour l'abandonner, les Allemands ayant franchi la Meuse avec l'infanterie puis les blindés au sud de Namur, à Houx, Leffe et Dinant ainsi que plus au sud encore à Sedan. Cette brèche dans le front français ne pouvait plus être colmatée. Comme les divisions stationnées derrière la ligne KW, les troupes belges stationnées à Namur durent faire mouvement vers la ligne Canal de Terneuzen---Gand---Escaut en amont de Gand (soit vers Audenarde). La rupture du font français à Dinant et Sedan donna à maintes personnes le sentiment que la bataille de France était perdue, les blindés allemands se ruant vers la mer (qu'ils atteindraient le 20 mai coupant ainsi les troupes alliées du Nord des troupes alliées du sud). Ces deux replis successifs (du Canal Albert à la ligne KW puis de celle-ci à la position « Escaut »), allaient affaiblir les soldats contraints à de longues marches et entraîner de lourdes pertes de matériels ou une grande fatigue notamment pour les 4e DI et 2e DI flamandes, mais aussi pour les régiments wallons venant de Namur vers la position « Escaut ». « Le 20 mai » écrit Luc Devos « après dix jours de guerre, l'armée belge s'était entièrement retirée derrière l'Escaut de Gand à Audenarde et le canal Gand-Terneuzen. Des grandes villes belges, seules Gand et Bruges n'étaient pas encore occupées. »17

Sur la Lys et le canal de la dérivation : quatre autres défections flamandes

 

Bataille de la Lys
Légende: Lille/Calais est tenu par les Alliés (voir la carte + haut.). La ligne Menin-Courtrai-Deinze (Deynse sur la carte)-Ecklo (Eecloo)-Mer du Nord, par l'armée belge, sur la Lys puis le canal de la dérivation, puis au Nord par des divisions de cavalerie plus au nord et à l'est du canal Léopold II. L'armée belge est composée de D.I. (divisions d'infanterie et leur numéro), de  Ch.A.( deux divisions de chasseurs ardennais et leur numéro), des divisions de cavalerie à l'est du canal Léopold II.

 

Le 21 mai, lors d'une conférence entre les chefs des armées alliées, il fut question de retirer l'armée belge sur l'Yser. Mais finalement elle s'établit pour une bataille d'arrêt derrière la Lys et le Canal de la Dérivation, formant de Menin à Heist sur le littoral flamand, un arc de cercle d'environ 90 km. Durant le retrait de la position, « Escaut » , le 23 mai, de nombreux soldats de la 13e DI flamande se rendent en masse. Cette grande unité ne sera quasiment plus alignée. Elle disparaît ce jour-là comme unité combattante puisqu'elle ne sera plus vraiment mise en contact avec l'ennemi par le commandement18. Le 23 mai, à Gand, sous la pression de la population, d'étranges événements se produisent qui voient certaines avant-gardes allemandes pénétrer jusqu'au cœur de la ville. La population fait pression sur les troupes de la 16e DI et de la 18e DI pour se rendre. La 16e DI se composent de trois régiments flamands, le 37e de Ligne, le 41e de Ligne et le 44e de Ligne. Les trois-quarts du 41e de Ligne se rendent aux Allemands (soit environ trois mille hommes), le 44e de Ligne semble demeurer plus consistant et sera remis en ligne plus tard. Le 37e de Ligne est submergé dans des combats cette journée-là et ce régiment de faible combativité ne réapparaîtra plus. La 18e DI est composée du 3e Carabiniers (régiment wallon), dont certains éléments sont désarmés également, du 3e Grenadiers et du 39e de Ligne (régiments flamands). On ne voit plus guère apparaître le 3e Grenadiers après le 23 mai. Les auteurs (Bernard, Taghon), parlent de 8 à 10.000 prisonniers dans les rues de Gand. Eric Simon (toujours dans Le rapport des forces entre la Heer et l'Armée belge...), évalue le nombre de soldats de la reddition massive des régiments de la 16e DI, des 39e de Ligne et 3e C (mais ne cite pas le 3e Grenadiers), à 6.000 hommes, mais ne dit rien de la 18e DI. Disons qu'en présence de ces chiffres divers, on a le sentiment qu'après la défection des régiments flamands de la 14e DI, de la 13e DI, on assiste à nouveau à des redditions en masse de régiments flamands (ou de parties de ceux-ci), qui nous semblent quasiment équivaloir aux effectifs d'une Division, de plus de deux régiments au minimum. De toute façon, il ne sera plus désormais question dans les combats ni de la 14e DI, ni de la 13e DI ni vraiment de la 16e DI, un peu plus de la 18e DI. A noter que les archives de lieutenant André Deplanque, que nous publions à la suite de cet article donnent aussi une version de cette reddition de Gand.19

 

La reddition en masse la plus grave se produit deux jours plus tard, le 25 mai, dans le secteur de la 4e DI composée des 7e, 11e et 15e de Ligne face à Deinze sur le canal de la dérivation en prolongement de la Lys. Henri Bernard et le Général Van Overstraeten expliquent que la reddition du 15e de Ligne a entraîné pratiquement celle du 11e de Ligne et même celle du 7e de Ligne. Eric Simon évalue à 7.000 les prisonniers résultant de cette reddition en masse, mais ce sont 7000 soldats sur les 12.000 fantassins que compte une Division d'Infanterie20. Félicien Rousseaux dans Ma deuxième guerre, éditions de Belgique, 1941, témoin contesté par JO Gérard-Libois et José Gotovitch, donne une version de cette reddition que ne contredit nullement la version de Van Overstraeten ni celle des témoignages consignés par André Delplanque. Sur la base de ces trois témoins (les officiers Rousseaux et Delplanque, le Conseiller militaire du roi), on peut avoir le sentiment que la 4e DI a disparu. Il est à noter aussi que lors de cette reddition, selon André Delplanque, un officier flamand et un officier wallon tirèrent en direction des soldats passant à l'ennemi, officiers ensuite abattus par les soldats flamands : Peter Taghon dans Mai 40, La campagne des dix-huit jours, Duculot, Paris et Louvain-la-neuve, 1989, pp.177-178 écrit ceci  : « Le 15e de Ligne n'existe pratiquement plus. Le Cap-Cdt Locks veut encore déclencher une contre-attaque, avec sa 7e Cie, mais il est abattu ainsi que le lieutenant Mutsaert, dans des circonstances particulièrement suspectes. » Cette remarque nous semble confirmer la version du Lieutenant Delplanque, au moins en partie.

Bilan au 25 mai, nouvelles défections

On peut donc considérer qu'avec la disparition quasi complète de cette division, nous avons ce 25 mai, sur les 20 divisions d'infanterie que compte l'armée belge, 4 Divisions flamandes (14e, 13e, 16e et 4e Division), qui ont fait défection ou qui ne combattront plus par inaptitude. Le 26 mai, lors d'une attaque plus au nord sur le canal de la dérivation, 2000 hommes du 23e de Ligne de la 12e DI vont se rendre massivement (Eric Simon Le rapport des forces... op.cit. ). Et, dans les heures qui suivent, les autres régiments de cette division vont se débander de telle façon (déserter la nuit notamment), que le chef de l'EMG considère que le 27 mai, la 12e DI « n'a pratiquement plus d'infanterie » (O.Michiels op. cit. p. 235 ).

Dès le 25 mai des éléments du 16e de Ligne de la 9e DI vont se rendre sans combattre selon le Colonel Massart, qui parle d'une seule compagnie (la 5e du 16)21. Selon le témoignage du Lieutenant Delplanque que nous reproduisons en annexe de cet article, il s'agirait en fait de tout un bataillon dès le 25 mai. Par la suite (voir Oscar Michiels), le 16e de Ligne va s'effilocher au fur et à mesure que d'autres compagnies se rendent également. Le Commandant Hautecler (dans le numéro de la Revue des chasseurs ardennais, n° 1, 1980 déjà cité) estime qu'un autre régiment de cette 9e DI flamande - le 17e de Ligne - a fait preuve de peu de combativité. L'Historique de l'Armée belge écrit, pour le matin du 26 mai : « A la 9e DI, tôt dans la matinée, l'ennemi précédé de drapeaux blancs franchit en force le canal de la Mandel » (op. cit. p.140), ce qui laisse penser que ces soldats flamands, cette fois, ne se rendent certes pas, mais reculent sans combattre.

Au total on a donc vu se défaire par manque de combativité, inaptitude au combat ou « trahison » (au sens technique du vocabulaire militaire), 6 divisions flamandes sur les 9 divisions composées seulement de régiments flamands.

Ce sont les divisions flamandes suivantes : la 14e DI le 13 mai, la 13e DI le 23 mai, la 16e DI le 23 mai, la défection totale de la 4e DI le 25 mai, la débandade totale de la 12e DI les 26 et 27 mai, la débandade progressive de la 9e DI du 25 au 27 mai. Soit six divisions flamandes sur les neuf :

 

  • 4e DI + 12e DI + 13e DI + 14e DI + 16e DI Six Divisions flamandes sur Neuf

 

A cela doivent s'ajouter les redditions partielles observées à Gand dans la 18e DI. Il faut rappeler en outre que deux divisions flamandes ont été détruites en combattant héroïquement : la 1ère DI et la 7e DI. Les régiments flamands de la 6e DI sont jugés peu combatifs par Eric Simon dans un article à paraître dans le Bulletin d'information du CLHAM en mars 2006.

L'armée du 27 mai : une infanterie belge devenue wallonne

Il reste donc en ligne le 27 mai au soir une division partiellement flamande en ordre (la 6e DI qui compte un régiment wallon), de même que deux autres divisions flamandes (2e et 11e DI). Plusieurs divisions wallonnes - certaines fortement usées - combattent toujours : les deux divisions de Chasseurs ardennais, la 5e DI de chasseurs à pied, la 10e DI de chasseurs à pied et 2 régiments de chasseurs à pied de la 17e DI, enfin la 15e DI. En outre, il demeure encore quelques éléments au combat de la 8e DI et même de la 3e DI, soit l'équivalent, pour l'infanterie en tout cas, de plus de 6 DI wallonnes et de moins de 3 DI flamandes. Compte non tenu d'autres unités que les unités des DI proprement dites, on a l'impression que lorsque Léopold III décide d'envoyer un parlementaire aux Allemands dans l'après-midi du 27 mai, il est à la tête d'une armée principalement wallonne. Car, tandis que la plupart des régiments wallons luttent encore, même s'ils sont en partie détruits pour certains, les 2/3 des fantassins flamands ne sont plus là, soit parce que leur unité a été détruite en combattant, soit parce qu'ils sont inaptes au combat, soit parce qu'ils se sont rendus massivement, soit parce qu'ils ne tirent plus tout en restant en ligne.

La défection des régiments flamands hâtent la capitulation belge, leur nature

La capitulation belge s'imposait-elle à la date où elle a eu lieu ? Beaucoup d'auteurs estiment que la continuation des combats était impossible comme le Général Michiels par exemple ou Jean Van Welkenhuyzen. D'autres comme Henri Bernard estiment qu'il y aurait eu lieu de se lier plus intimement aux alliés anglais et de se retirer sur l'Yser (d'ailleurs dès le 22 mai), que les Français et les Anglais tinrent encore 7 jours dans le réduit de Dunkerque. Le Général Wanty imagine une autre possibilité: « Peut-être l'initiative de la reddition aurait-elle pu être laissée aux commandants de la division ou du corps, voire de petites unités, et non pas être imposée en bloc à l'ensemble de l'armée par un acte solennel. L'impact psychologique et politique eût été bien moins défavorable au pays, avec des conséquences en chaîne incalculables. »22. Le Général Van Overstraeten pense lui qu'il aurait encore fallu tenir un jour encore au moins. On sait que le 27 encore, à Knesselaere, le 1er et 4e Régiment de Cyclistes (des régiments wallons, mais notre article ici ne visent que les 20 DI proprement dits), renforcés de quelques petites unités flamandes de cavalerie, infligèrent une défaite grave aux Allemands (plus de 100 prisonniers), de même que les Chasseurs ardennais à Vinkt (près de 200 morts allemands, plus de 1600 blessés).

Henri Bernard met en cause également les clauses de la capitulation qui prévoyaient en fait une série de conditions qui sont contraires à l'honneur militaire comme d'ouvrir les routes aux Allemands jusqu'à la mer et de livrer le matériel sans le détruire. Le soulagement des militaires à qui cette capitulation épargna la mort pose problème, car c'était reporter sur d'autres les sacrifices nécessaires pour vaincre l'hitlérisme. Mais il y a au fond de cette réaction tout l'esprit néfaste de la politique de neutralité, politique de repli sur soi, et d'une certaine couardise. En outre, le roi Léopold III a confié à son secrétaire particulier le Comte Capelle, à son Conseiller militaire Van Overstraeten , la démoralisation causée chez lui et à l'intérieur de l'Etat-Major de l'Armée par les défections de régiments flamands. C'est une des raisons avancées par Léopold III dans son livre blanc pour hâter la capitulation. Francis Balace écrit qu'elle repose sur la crainte que le roi avait que la conduite contrastée des régiments flamands et wallons ne pousse les Allemands à la même politique séparatiste qu'en mai 1940. « Ce qui est également important dans la pensée du roi » affirme-t-il « c'est de ne pas permettre à l'ennemi de tirer argument des défections de certaines unités, on aura compris qu'il s'agissait de certains bataillons de régiments flamands, pour mener une politique favorisant le séparatisme et niant le fait belge. »23 F.Balace, Fors l'honneur. Ombres et clartés sur la capitulation belge, in Jours de Guerre, t. 4, Jours de défaite, II, pp. 23-24, Crédit Communal, Bruxelles, 1991. Balace estime que Léopold III a décrit au Compte Capelle, non pas seulement la défection de petites unités, mais de régiments : « des régiments entiers se rendaient, l'armée belge devait demeurer dans l'ordre » (le Livre Blanc du secrétariat du roi Léopold III, déjà cité p.24, s'exprime presque de la même manière). Van Overstraeten décrit un Léopold III démoralisé dont la confiance a été sapée par les tergiversations des alliés, mais aussi « les défections d'unités flamandes ». (Van Overstraeten Dans L'étau, op. cit. p.350). La consultation de trois juristes Devèze, Pholien, Hayoit de Termicourt signale que « durant les dernières heures des unités se rendirent à l'ennemi sans ordre et que, hélas, certains officiers même manquèrent à leur devoir », termes que cite F.Balace, mais que l'on retrouve dans Le Livre blanc publié par Léopold III en 1946.

Autocensure, censure

Si par exemple, Hervé Hasquin a publié dès 198024 des chiffres chiffres globaux démontrant le manque de combativité des troupes flamandes, il n'en va pas de même d'autres auteurs. Par exemple, Jean Vanwelkenhuyzen dans Quand les chemins se séparent (op.cit.), cite des « notes inédites » du Comte Capelle rapportant que le roi lui avait dit : « Déclarer qu'il fallait se faire tuer jusqu'au dernier, c'est de la folie. Un soldat consent à mourir quand il est soutenu et quand son sacrifice peut servir le pays. Mais, dans les conditions indiquées, continuer à se battre c'eût été insensé : des régiments entiers se rendaient à l'ennemi. L'armée belge devait demeurer dans l'ordre, elle ne pouvait mourir dans la débandade. » Nous avons déjà parlé de son extrême discrétion dans le même ouvrage concernant les redditions de troupes flamandes dont « l'impression du moment » tend à exagérer la portée. Mais il y a aussi un autre aspect: censurer de tels événements (ou s'autocensurer à leur propos).

Il n'existe pas un seul texte un peu continu, prenant comme sujet le manque de combativité ou la reddition volontaire d'une bonne moitié sinon même des fantassins flamande regroupés dans les 20 DI (ni ouvrage ni article, sauf un seul à notre connaissance, celui de G.Hautecler en 1980, 2 pages dans la Revue des chasseurs ardennais).

La question de savoir s'il s'agit de simples bataillons ou de régiments est oiseuse. La reddition en masse de trois bataillons sur les 4 du 41e de Ligne à Gand, le 23 mai, ne constitue pas effectivement « un régiment entier », mais c'est presque cela. De même le nombre de soldats désarmés à Gand la même journée et que Peter Taghon évalue à 8 ou 10.000, c'est celui équivalent à la composition de 2 ou 3 régiments d'infanterie au moins. Le passage à l'ennemi du 15e de Ligne le 25 mai au matin est bien celui d'un « régiment entier » entraînant par son mouvement les deux autres (et quasiment toute la 4e DI). Quant au 23e de Ligne de la 12e DI, c'est la moitié du régiment qui se rend le 26 mai, mais peu à peu les soldats de toute cette division désertent les combats pendant la nuit à un tel point que, bien longtemps après les événements, le Chef d'Etat-Major Général, O.Michiels, estime que sinon le 26, en tout cas le 27, cette Division « n'a plus d'infanterie ». Nous avons parlé des problèmes de la 14e Division dont un des colonels, le colonel Dothée estime que les deux autres régiments ne se sont pas battus. On a aussi évoqué la 13e DI qui, après les problèmes rencontrés le 23 mai, ne réapparaît plus vraiment dans les combats. G.Hautecler ou Eric Simon parlent, l'un, de plus de 25.000 soldats flamands se rendant en masse, l'autre de plus de 21.000. Certes ces redditions correspondent, en nombre, à l'équivalent de moins de 7 régiments (sur les 33 régiments flamands intégrés dans les DI que comptent l'armée belge).

Mais ces défections en entraînent d'autres, cette réticence à combattre rendent en fait non opérationnelles, à coup sûr (du 13 au 27) : six DI flamandes (la 14e, la 13e, la 4e, la 12e, la 16e), avec une partie de la 18e DI et surtout la 9e DI (elle se rend ou ne se bat plus).

Défection et manque de combativité

On peut évaluer la combativité des différentes DI de l'armée belge en mai 1940. 6 DI flamandes ont fait preuve d'une combativité nulle ou très faible, celles pour lesquelles on peut parler de défection quasiment complète  (reddition ou inaptitude au combat) :

 

  • 4e DI + 9e DI + 12e DI + 13e DI + 14e DI + 16e DI + 9e DI Six Divisions flamandes sur Neuf

 

La combativité de la 18e DI (partiellement flamande sauf son régiment wallon) est médiocre, de même que celle de la 6e DI partiellement flamande (sauf son régiment wallon). Trois divisions flamandes peuvent être jugées avoir combattu courageusement : la 11e DI, la 1ère DI et la 2e DI. La 11e DI et la 2e DI ont tenu le canal de la dérivation pendant la bataille de la Lys, contre-attaquant plusieurs fois. La 1ère DI a défendu la Lys au sud de Courtrai.

 

  • 1ère DI, 2e DI, 11e DI Trois Divisions flamandes sur 9

 

Les régiments wallons de chasseurs à pied des 5e DI et 10e DI ont tous et toujours tenu fermement le front qu'ils avaient reçu l'ordre de défendre de même évidemment que les deux Divisions ardennaises qui ont été citées plusieurs fois à l'ordre du jour de l'armée : les 1er et 3e Chasseurs ardennais ont même obtenu une lourde victoire le 27 mai contre les Allemands à Vinkt. Les régiments de la 8e DI (13e - cité à l'Ordre du Jour de l'armée le 26 mai - les 21e et 19e), ont tenu solidement la Lys du 23 au 26 mai. Même éreintée par les combats, largement affectée par les morts, les blessés et les captures notamment du 26 mai, durant le franchissement de la Lys, et alors qu'elle était déjà usée par sa retraite de 90 km depuis Namur, la 8e DI a continué à se battre pour ne vraiment fléchir qu'aux dernières heures du 27 mai. La 3e DI, fortement éprouvée par sa retraite depuis Liège et par les combats terribles au nord dc Courtrai le long de la Lys, parvient encore à former des dizaines de groupes de combat (de 1500 à 2000 hommes), qui seront incorporés à des divisions en ligne. La 15e DI, pourtant division de deuxième réserve (donc mal équipée), se bat bien mieux que certaines divisions d'active ou de première réserve. Certaines de ces divisions continueront à combattre même après l'heure fixée pour la capitulation sans condition par le général allemand le 28 mai à 4h. du matin. Il est bien sûr inutile de rappeler la combativité des 1ère et 2e Divisions de Chasseurs ardennais. On a donc huit divisions wallonnes sur 8 qui ont fait front aux Allemands jusqu'au bout :

 

  • 3e DI+5e DI+8eDI+10e DI+15eDI+17eDI+1èreCha+2eCha Huit divisions wallonnes sur huit [Cha = Chasseurs ardennais]

 

Rappelons que la 18e DI, la 7e DI et la 6e DI ont deux régiments flamands sur 3. Les comportements de leurs 6 régiments flamands mais aussi de plusieurs des 3 régiments wallons sont considérés comme moyens par Eric Simon (article à paraître en mars)

Luc Devos pense qu'il faut invoquer la question de la langue (à côté d'autres déficiences comme le ravitaillement, le camouflage, la dotation en munitions), pour certains régiments un peu déficients de la 7e DI : « Les gradés étaient principalement d'origine francophone, tandis que la majorité de la troupe était néerlandophone. Les contacts n'en étaient donc pas facilités, mauvaise compréhension, et interprétation erronée faisaient partie du quotidien. »25

Il y a eu aussi l'idée - typique de la politique de neutralité - que l'armée belge ne faisait pas la guerre comme les Alliés, mais uniquement pour défendre son territoire et rien d'autre, ce qui est une exacerbation des sentiments d'Albert Ier en 1914. Jean Stengers estime avec beaucoup d'autres que les Alliés français et anglais n'ont pas été clairement et préalablement mis au courant de la capitulation du 28 mai. Elle a bien failli hypothéquer le rembarquement des Alliés à Dunkerque auquel Henri Bernard aurait voulu voir les troupes belges participer (mais l'armée belge en Angleterre aurait été à 70% wallonne ?). L'argument selon lequel une résistance de l'armée belge aurait nui aux réfugiés encombrant l'arrière du front est contredit par Henri Bernard. Il estime que la mobilité des unités de l'armée à l'arrière du front n'a pas été vraiment entravée par la présence de ces réfugiés. Après la percée allemande de part et d'autre de Courtrai, réalisée le 24 mai au soir, on a vu monter en ligne, dans les trois jours qui restaient, un grand nombre de Divisions de l'arrière et traverser avec rapidité ce territoire prétendument encombré. Soit de 70 à 100.000 hommes : la 10e DI, la 9e DI (certes proches de Courtrai), la 2e Division de Cavalerie (venant de la Flandre zélandaise), la 15e DI (venue du littoral), une partie de la 6e DI (venue du canal de la dérivation) et enfin la 60e DI française qui traversa toute la Flandre occidentale le long du littoral du 27 mai au 28 mai. Enfin, Hitler avait interdit le bombardement des villes flamandes.

Les causes des redditions et faiblesses flamandes

Autant de très nombreux officiers et soldats wallons ne pouvaient que s'indigner des redditions ou de la mollesse des combattants flamands, autant nous devons tenter de comprendre - sans juger - les raisons des comportements flamands. Mais il faut à la fois comprendre les raisons des comportements flamands et ... les raisons pour lesquelles les Wallons ne pouvaient pas les comprendre. C'est la seule façon d'être vraiment autocritique.

Certes, comme Eric Simon l'écrit, la 14e DI a été mal employée, la 13e DI était épuisée (lors de son écroulement), par une marche forcée depuis Anvers. Mais des divisions wallonnes ont été soumises aux mêmes efforts et à des aléas analogues. Pour expliquer les raisons des comportements flamands, par contraste avec la vaillance de la plupart des divisions wallonnes, il faut évoquer la mémoire de 1914. Il faut le faire tant en ce qui concerne les combats sur l'Yser que les atrocités allemandes d'août 1914 qui ont durement et principalement frappé les habitants de la Wallonie, les plongeant dans l'horreur, même si les Wallons n'étaient pas alors visés en tant que tels (contrairement aux bombardements allemands de 1940 qui ne visèrent que les villes wallonnes, selon l'ordre exprès d'Hitler, mais les soldats n'en eurent sans doute que peu ou pas connaissance). On pourrait dire que les Wallons ont gardé la mémoire de l'Yser et des massacres d'août 1914, ce qui ne les dispose pas bien à l'égard des Allemands et les stimule à la Résistance. Les Flamands ont moins de souvenirs atroces de 1914 et par ailleurs, la mémoire de la guerre est chez eux la mémoire d'un mépris de leur langue par l'autorité militaire, le souvenir des tristes conditions de vie du soldat, ce qui lie le tout à la montée d'un nationalisme flamand au départ démocrate et émancipateur. Certes, le pacifisme et la condamnation de la guerre existent aussi côté wallon. Mais il ne contredit pas nécessairement le patriotisme et cela sera encore plus vrai en mai 1940. D'autant que l'idéologie qui se déploie derrière l'armée allemande n'est pas ignorée de tous.

Georges Hautecler, l'auteur du seul article sur cette question que nous ayons pu trouver, met l'accent de manière progressiste et sociale sur la dureté du régime des soldats mobilisés en 1940, ainsi que des sous-officiers, mal payés, dont les ménages ne bénéficient que d'indemnités dérisoires. Alors que les officiers réservistes sont payés comme leurs homologues de l'active. Il insiste aussi sur la propagande allemande qui a travaillé selon lui la 4e DI et la 9e DI. Mis en face du chiffre donné par G.Hautecler de « plus de 25.000 soldats flamands s'étant rendus », Richard Boijen dans De taalwetgeving in het belgische leger met en cause : la Dynastie, la direction de l'armée, le Parti libéral et le mouvement wallon qui ont tout fait pour freiner la flamandisation de l'appareil militaire.26

On peut accepter l'explication de Richard Boijen, mais il faut admettre aussi que les soldats et officiers wallons, qui ont pu percevoir ces redditions, n'y ont pas compris grand-chose. Il leur est plus que probablement apparu qu'un combat linguistique ne pouvait interférer dans la résistance à un agresseur comme l'Allemagne, tant celle de 1914 que celle de 1940, même compte non tenu des atrocités connues de 1914 et de celles qui se révéleraient après 1940, mais dont beaucoup n'ignoraient quand même pas la possibilité : ce régime raciste était connu. IL ya plus : l'Allemagne impériale ou hitlérienne, par ses deux agressions injustifiables contre la Belgique, ne pouvait-elle apparaître, aux yeux des Wallons de 1940 (mais aussi des Flamands ?), comme coupable d'atteintes aux droits de l'homme et des peuples infiniment plus graves que les vexations linguistiques ? Certes, ces vexations, le peuple flamand y lisait, liée à l'humiliation nationale, l'humiliation des dominés, en général, alors que, en Wallonie, la condition de dominés (d'ouvriers, de paysans ou de soldats selon la formule célèbre), était perçue non à travers le prisme nationaliste, mais à travers l'analyse sociale ou socialiste en général. Ajoutons à cela que l'unilinguisme voté en 1921 par la Flandre ou la flamandisation de l'armée en 1938 s'imposèrent à la faveur de la majorité numérique détenue par les Flamands au Parlement national belge. On ne le dit jamais assez : le fait que les Flamands aient choisi de défendre leur langue propre était sans doute légitime, mais était aussi une manière d'imposer aux Wallons, encore mal francisés, la connaissance, au-delà du français, qu'ils commençaient à peine à pratiquer, du wallon, dont ils usaient encore largement, d'une langue, le flamand ou le néerlandais, dont on ne savait pas qu'elle allait être au programme national, dont on ne voyait pas pourquoi elle devait y figurer. De plus cette langue fut imposée sans le consentement wallon (1921, 1938, 1962). Le prix payé par les Wallons à cet égard ne cesse de grossir, pour des injustices qu'ils n'ont pas commises ou dont on peut relativiser la gravité.

Les Wallons - et pas seulement les cadres comme on le dit souvent - ont pu anticiper sur les conséquences de cette obligation et s'en irriter comme d'une vexation inutile, s'en effrayer aussi. Même si c'est la bourgeoisie qui imposa le français comme seule langue officielle en 1830, on peut estimer que le choix de cette langue faisait partie d'un contrat national implicite que les votes - Flamands contre Wallons - de 1921 (unilinguisme en Flandre), et de 1938 (flamandisation de l'armée), venaient déchirer. Les Wallons étaient à l'époque (le demeurent ?), des « nationalistes belges » (au sens neutre du mot « nationalisme »), par conséquent dans l'attente logique que se maintienne une langue commune (qui n'était pas leur langue à tous loin de là en 1830 et même longtemps après), pour se parler au sein d'un même pays.

Ce « nationalisme belge » des Wallons peut expliquer que les visites du roi aux armées avant 1940, même dans les régions très à gauche comme la région liégeoise, n'aient pas créé d'incidents, alors qu'ils n'en alla pas de même lors de la visite à certaines unités flamandes comme, précisément, la 4e DI. Face à l'Allemagne hitlérienne, et malgré la politique de neutralité, en raison de tous les souvenirs de 1914 (atrocités et Yser), il nous semble juste de dire que la Wallonie voulait résister, ce que prouve d'ailleurs ensuite sa participation majoritaire à la Résistance militaire et intellectuelle (la presse clandestine). Nous n'admettons pas bien le doute de Francis Balace sur la volonté de se battre en Belgique en général, doute qu'il émet souvent. Ou même l'idée (qui vient du général Michiels), que les Wallons se battirent « pour l'honneur ». Cela, c'est une idée de militaire de carrière. Les soldats wallons sur la Lys se battirent parce qu'ils avaient l'espoir ou la rage d'arrêter les Allemands. Tout ce que nous venons de rappeler et la conduite des régiments wallons en mai 1940 prouve bien la volonté de résistance de la population en Wallonie, comme l'enthousiasme au moment de l'entrée des armées françaises les 10 et 11 mai.

Ce qui est grave, c'est le peu de cas que Léopold III a fait de cette volonté de résistance en capitulant à la fois militairement, le 28 mai 1940 - décision hâtive - et politiquement ensuite durant les années d'occupation.

La fausse leçon du passé figé

Nous ne savons si l'histoire « donne des leçons », mais il y a au moins une fausse leçon que donne la perception du passé, figé, par essence, c'est l'idée d'un déterminisme absolu de l'histoire, le sentiment que les choses qui se sont produites ne pouvaient se dérouler autrement et que l'avenir est à considérer également comme écrit d'avance.

L'intérêt de l'article d'Eric Simon qui précède celui-ci est de venir briser une des premières lignes de défense des apologètes du chef de l'armée belge, Léopold III. On prétend qu'il aurait vu clair dès avant même la guerre et en tout cas avec le franchissement de la Meuse par les blindés allemands à Dinant et Sedan les 13 et 14 mai. A-t-il vu clair ou n'était-il que sceptique et défaitiste comme son père ? Les prévisions qu'il faisait n'étaient-elles pas réalisées aussi en fonction de la volonté de s'exposer le moins possible à la nécessité d'une résistance en général, et d'une résistance à Hitler en particulier, ce qu'illustre évidemment la politique de neutralité qu'il avait choisie en 1936 ?

Eric Simon va même plus loin et s'étonne que, en mai 1940, l'armée belge n'ait pas pris l'initiative de contre-attaques sur le flanc allemand des divisions se ruant vers la France. D'autant plus que la doctrine belge, élaborée par le général Nuyten, lui prescrivait d'opérer ces contre-attaques en cas de supériorité numérique sur l'adversaire, ce qui a été le cas durant plusieurs jours du mois de mai27. Il y a là sans doute une volonté de ne pas mécontenter l'Allemagne qu'on retrouve lors de la capitulation ou lors du placement de ces pancartes par des officiers de l'Etat-Major, le 27 mai à la frontière franco-belge, derrière l'Yser, ICI BELGIQUE, dans l'espoir d'éviter une charge de blindés allemands, soulignant que la « Belgique » n'était pas indissolublement jointe aux alliés28.

Plus grave que la divergence entre Wallons et Flamands

Il y a plus que le contraste entre le manque de combativité des régiments flamands et la vaillance des régiments wallons, c'est le fait que l'état d'esprit des soldats wallons était vraiment antithétique du pessimisme et du défaitisme de l'Etat-Major de l'armée et du roi, son commandant en chef. Déjà en 1914, le roi Albert Ier ne fit pas la guerre dans le même état d'esprit que l'opinion publique. Car il estimait qu'il ne devait se battre que par respect des engagements internationaux et non par ce réflexe patriotique qui est le fait des gueux selon Péguy (« Depuis les cités grecques et même avant, les Cités sont défendues par les gueux et livrées par les riches, car les riches n'ont que des biens temporels à perdre tandis que les gueux ont à perdre ce bien : l'amour de la patrie. »). C'est ici qu'il faut rappeler la citation en exergue de Robert Devleeshouwer.29

Le désaccord profond entre le roi et le gouvernement à Wijnendaele en découle. Il est possible que les ministres se faisaient des illusions sur la capacité de résistance de la France, mais on se fait parfois aussi des « illusions » (le mot est-il même bien choisi ?), par volonté de résister et de combattre. Cette volonté existait chez les soldats wallons. On peut comprendre qu'une majorité des soldats flamands ne la partageaient pas ou moins, mais ce n'était pas nécessairement pour les mêmes raisons que celles du roi...

Si le monde populaire en Flandre n'avait guère de sympathie pour une résistance de l'armée (la reddition de Gand le montre), pour des raisons directement pacifistes, sociales et flamandes, la réticence du roi à résister à l'hitlérisme et à l'Allemagne relevait de l'inquiétude pour son pouvoir. Les raisons avancées de type humanitaires (ménager les soldats, songer aux réfugiés qui pouvaient pâtir des combats), ou militaires (l'armée allait se disloquer), cachent le fait que le roi poursuivait une politique de neutralité liée à son maintien au pouvoir. On le voit bien aussi au fait qu'il ait eu si peur que la conduite contrastée des régiments flamands et wallons n'entraîne les Allemands à une politique favorable à un séparatisme qui l'aurait exclu.

Ce sont des raisons différentes qui ont poussé les Wallons à accepter l'autorité des cadres de l'armée et les Flamands à la rejeter peu ou prou. Mais derrière cela, il est absurde de considérer que les Wallons pouvaient se trouver mieux que les Flamands d'une armée demeurée d'esprit francophone. Parce que la flamandisation de l'armée entraînait aussi sa wallonisation et ne présentait aucun avantage pour les soldats wallons. Chantal Kesteloot estime absurdement que les Flamands ont bâti leur identité sur des souvenirs de dominés, et les Wallons sur des souvenirs de dominants.

C'est faux. Les Wallons ont pu éprouver en 1921 et 1938 la rupture d'un contrat national. En mai 1940, ils ont été vaincus dans des circonstances rendues plus pénibles encore parce qu'ils pensaient pouvoir compter sur un partenaire flamand qui démontra de graves défaillances face à la plus terrible expérience de l'humanité qu'est la guerre, surtout quand, après l'angoisse et la peur, on est du côté des vaincus et par quel barbare ennemi ! Et quand les quolibets des camarades de combats flamands, même officiers, en rajoutent à une défaite humiliante (voir plus loin le témoignage d'André Delplanque).

Les cris séparatistes du Congrès National Wallon d'octobre 1945 n'expriment pas la joie honteuse de vainqueurs ni la revanche de dominants. Ils expriment la détresse de ceux qui au pire moment de la vie d'une Nation s'aperçoivent qu'elle n'existe plus parce que ceux sur qui ils croyaient pouvoir compter s'esquivent. On s'interroge sur les traces que laisse encore aujourd'hui en France la défaite de juin sans voir que les Wallons - en tout cas eux - ont bu à la même coupe de l'humiliation, de la peur et de la trahison (celle du roi, celle des Flamands, car elle fut perçue comme cela). Il y eut cette amertume de ne pas pouvoir partager l'épreuve de la défaite avec une partie des Flamand. A tout cela s'ajoutera une Résistance menée par le petit peuple de Wallonie encore une fois en contradiction avec le roi des Belges et les dominants de ce pays. Qui fut une autre rupture du contrat national. Et le maintien des prisonniers de guerre en Allemagne, la libération des Flamands, nouveau sentiment de trahison en défaveur de singuliers « dominants », étrangers par leur classe à la bourgeoise francophone flamande et bilingue.

Refoulement, autocensure et mensonges : dire la vérité, toute la vérité

Tant la rupture de 1921 et de 1938  (l'imposition du néerlandais comme langue nationale), que la rupture de mai 1940 - l'opposition dans la conduite face à l'ennemi des régiments flamands et wallons - font partie d'un refoulé de l'histoire. Hannah Arendt a dit à juste titre qu'un « événement qui n'est pas raconté n'a pas eu lieu ». La rupture avec Léopold III est plus éclatante, elle n'a pas été oubliée, mais, d'une part, elle est sans cesse contrariée par les thuriféraires omniprésents de la Dynastie et, par ailleurs, l'une de ses sources en est largement ignorée : l'étrange campagne des dix-huit jours.

L'histoire, comme toute science, est la recherche des causes des phénomènes. Quand ces causes nous échappent, nous ne comprenons plus le passé ni le présent ni l'avenir. Ulcérés par le retour du roi en 1950, les Wallons parvinrent à le chasser en reprenant les armes morales et matérielles de mai 1940 et de la résistance. Mais les Flamands furent à leur tour ulcérés de voir leur majorité contredite par un peuple insurgé, dont ils assimilèrent la victoire à celle de la bourgeoisie francophone, étrangement.

En ce sens, les grèves de 1960-1961, qui reproduisent à certains égards, mais pour d'autres motifs, le schéma de l'insurrection de juillet 1950, parce qu'elles furent réprimées et n'aboutirent pas vraiment, peuvent être considérées comme la revanche de la Flandre sur 1950. C'est après 1961 que celle-ci va parfaire ses conquêtes linguistiques et à nouveau en les imposant (vote des lois de 1962, Flamands contre Wallons, annexion des Fourons, Walen Buiten de 1968). La logique que la Flandre va imprimer à ce combat va peu à peu inciter ses adversaires à faire prévaloir sur les revendications économiques et sociales de la Wallonie, une solidarité francophone mal définie et qui semble avoir la préséance sur l'affirmation wallonne.

Si un nationalisme belge mal assumé et mal dépassé a fini par éteindre en nous la mémoire de ce que François Simon nomma à la tribune du Congrès National wallon de 1945 « [les] choses effroyables que nous avons vécues en 1940 [...] [les] trahisons de la Lys et du Canal Albert », c'est parce que nous n'arrivons pas à nous assumer et que la propagande belge nous y aide. Mais pas seulement. Il y a aussi l'autocensure. J'avoue que ce qu'il reste en moi de nationalisme belge a longtemps hésité à parler de la contradiction entre les régiments flamands et wallons de mai 1940, alors que, tout bien réfléchi, croire que faire le silence sur cela c'est ménager les Flamands est faux.

On ne bâtit rien sur les refoulements et les mensonges. Ne substituons pas au mensonge belge un mensonge francophone accroché à une solidarité qui n'est pas assez définie. Il n'y aura de Wallonie ouverte et réconciliée avec elle-même et avec Bruxelles et la Flandre que si nous nous disons la vérité, toute la vérité, rien que la vérité. C'est ce que j'ai essayé de faire ici même pourtant en rappelant une vérité déplaisante : le fait que les troupes flamandes de mai 1940 ont, non pas toutes certes, mais en grand nombre, et majoritairement, sans savoir ce qu'elles provoquaient chez l'autre peuple, en estimant que ni la Guerre, ni la Belgique n'en valaient la peine, laissé tomber leurs compatriotes wallons face à la Mort, face à Hitler.

« Un événement qui n'est pas raconté n'a pas eu lieu. » Il n'était pas trop tard d'essayer qu'il le soit. Souvent, pour les questions de langue, pour leurs difficultés sociales, pour le fait qu'on ait passé outre à leur avis en 1950 et maintenant parce que nous sommes en difficulté économique, les Flamands nous reprochent nos « injustices », voire même, comme, récemment, un éditorialiste flamand dans Le Soir, nous reprochent de « ne pas connaître leur histoire ». Il y a trop de gens qui considèrent comme acquis le fait que la domination du français en Belgique a été purement et seulement une « injustice ». Il y a trop de gens qui, encore plus absurdement, considèrent que ce sont les Wallons qui l'ont commise. Ecoutez les raisonneurs : pour eux tout cela serait acquis. Cela ne l'est pas !Tant de Wallons croient juste de leur emboîter le pas ! Ils ne savent rien des vraies et claires raisons pour lesquelles les Wallons n'ont pas à se culpabiliser. Ni de ne pas connaître le néerlandais. Ni de subir des difficultés économiques. Ni d'avoir été les principaux « injustes » vis-à-vis des Flamands. Ils ne voient pas que c'est se comporter de manière coupable, comme des vaincus, de n'admettre que les raisons des autres et donc leur pouvoir à la manière pétainiste de juin 1940. Se réconcilier, n'est pas se soumettre, mais se confronter. Cela manque aux Wallons comme aux Flamands. Le 28 mai 1940 (défection des régiments flamands), et le 31 juillet 1950 (tentative de formation d'un gouvernement wallon au cœur de l'émeute), la crise nationale belge se lit bien en deux moments paroxystiques.

Il faudra se serrer la main, mais après une vraie explication.

  1. 1. Comme le montre le livre de Ludo De Witte, L'assassinat de Lumumba, Karthala, Paris, 2000.
  2. 2. Jean Duvieusart, La question royale, crise et dénouement, Bruxelles, 1975.
  3. 3. Léopold III, Pour l'histoire, Racines, Bruxelles, 2001.
  4. 4. Le gouvernement provisoire wallon de 1950
  5. 5. José Fontaine, Le gouvernement wallon de 1950, in La Cité, mai 1979, Toen Wallonië bijna een Republiek was, in De Morgen, juin 1980, in La Cité, juillet 1990, sous ce même titre dans Les faces cachées de la monarchie belgeTOUDI n° 5, Contradictions n° 65-66, Quenast-Walhain, 1991et l'article Gouvernement wallon de 1950 in l'Encyclopédie du mouvement wallon, Institut Destrée, Namur, 2000, pp. 740-742.
  6. 6. Velaers et Van Goethem, Leopold III. Het Land. De Koning, De Oorlog, Lannoo-Tielt, 1994.
  7. 7. Philippe Destatte, Ceux-ci se sont battus vaillamment in Les combattants de 40. Hommage de la Wallonie aux Prisonniers de Guerre, Institut Destrée, Namur 1995, pp.9-16, L'identité wallonne, Institut Destrée, Namur 1997, pp. 193-195.
  8. 8. Jean Stengers dans Léopold III et le Gouvernement, Duculot, Gembloux, 1980 le souligne fortement, voyez pp.30-31. Il cite le Général Van Overstraeten, Dans l'étau, Paris, Paris, 1960, p.351. Nous reviendrons à plusieurs reprises sur cette appréciation. Livre Blanc publié par le Secrétariat du roi, Bruxelles, 1946 p.144.
  9. 9. Jean Van Welkenhuyzen, Quand les chemins se séparent, Duculot Gembloux, 1988, 2e Partie La Vérité Inverse, note 40, p. 395. Il conteste que ce soit des « régiments entiers » comme on le dit en 1940 (voir infra), et parle de batillons. Mais les bataillons constituent des régiments, les régiments des divisions etc.
  10. 10. Richard Boijen, De taalwetgeving in het Belgische Leger, Musée royal de l'armée, Bruxelles, 1992. Il estime, p.316 que les lois linguistiques ont toujours été votées à une large majorité par la Chambre et que la différence entre votes wallons et flamands atteint rarement plus que 10% alors que le vote de l'unilinguisme flamand en 1921 comme les lois linguistqiues de 1962 ont, au contraire, votées par une majorité de parlementaires flamands contre pratiquement tous les députés wallons.
  11. 11. John Horn, Alan Kramer, 1914, atrocités allemandes, Tallandier, Paris, 2005. Les auteurs donnent un relevé précis de ces atrocités et en particulier celles commises en Wallonie du 5 août au 5 septembre pp. 477-484, calculs qu'il faut corriger par les remarques des auteurs p.96, plusieurs incidents de meurtres de civils ou de destruction de leurs maisons pouvant être plus isolés.
  12. 12. Des renseignements à ce sujet peuvent être trouvés dans plusieurs ouvrages comme ceux de Raoul van Overstraeten (sur lesquels nous reviendrons), Henri Bernard, Jean Van Welkenhuyzen, Léopold III, Peter Taghon, Philippe Destatte etc. Mais plus précisément sur l'ordre de bataille de l'armée belge et l'appartenance linguistique des régiments, nous avons consulté Histoire de l'armée belge de 1830 à nos jours, Centre de documentation historique des forces armées, Bruxelles, 198, Tome II De 1920 à nos jours. On y découvre en particulier l'ordre de bataille, p.61, et l'appartenance linguistique de 21 des 60 régiments regroupés dans les 20 Divisions d'infanterie - DI -) p.61, régiments d'active ou de première réserve. Nous avons consulté aussi André L'Hoist La guerre 1940 et le rôle de l'armée belge, Ignis, Bruxelles, 1940, qui donne un aperçu de l'appartenance linguistique des 6 DI d'actives (de 1à 6), des 6 DI de première réserve (de 7 à 12), et des deux divisions de Chasseurs ardennais, soit 42 des 60 régiments d'active. Francis Balace dans Quelle armée pour la Belgique ? in Jours de guerre, ajoute des éléments comme la composition des divisions mixtes (comptant 2 régiments flamands et 1 régiment wallon), telles la 6e DI, la 7e DI et la 18e DI (où les trois régiments de carabiniers sont des régiments wallons). Il fait aussi des remarques sur certains problèmes linguistiques comme ceux du 15e de Ligne ou du 23e de ligne, la conduite honorable des régiments flamands d'artillerie etc. Ces renseignements accumulés sont regroupés aussi par Luc A.Lecleir, L'infanterie, filiations et traditions, Bruxelles, 1973, qui indique l'origine des régiments versés dans les DI en 1940. Nous avons aussi pu vérifier ces informations auprès de l'historien Eric Simon que nous citons dans cet article et qui en signe un autre dans cette revue.
  13. 13. Ces positions sont décrites dans plusieurs ouvrages. Celui d'Oscar Michiels (Chef de l'Etat Major Général en mai 1940), 18 jours de guerre en Belgique, Berger-Levrault, Paris 1947, décrit pp. 17-46 diverses positions de l'armée belge avant 1940 et en fin de compte (pp. 40-46) les positions de l'ensemble des troupes de l'armée belge le 9 mai au soir (croquis p. 41). De Fabriebeckers décrit ces positions dans La campagne de l'armée belge en 1940, pp. 70 et suivantes (avec des cartes et schémas à la fin du volume). De même qu'Henri Bernard, Panorama d'une défaite, Duculot, Gembloux, 1984, ouvrage abondamment cité dans l'article sur la bataille de la Lys que nous avons publié dans le numéro précédent de la revue. Enfin Eric Simon dans Coup d'œil sur la campagne de l'ouest (Partie III), évalue Le rapport des forces entre la Heer et l'Armée belge en mai 1940 (la « Heer » est l'armée de terre allemande) dans le Bulettin d'information du Centre Liégeois d'Histoire et d'Archéologie Militaire, Octobre-Dcémebre 2005, Tome IX, fascicule 8, pp. 25-44.
  14. 14. Un site internet consacré au 2e Régiment de Grenadiers (7e DI) : http://home.tiscali.be/mertense/gm2.htm, André Vandersande, Les carabiniers au cœur du combat, Collet, Bruxelles, 1985, P.Joseph Schaumans, Oorlogsbevelnissen. De eerste meidagen 1940 - Bruggehoodfd Velwezelt, Itterbeek, 1995 (ce livre est écrit par un sous-officier du 18e régiment de ligne).
  15. 15. On lira aussi les réflexions d'Henri Bernard (op.cit.), de de Fabriebeckers (op.cit.), de Philippe Destatte (op.cit.) et les réflexions de Lucien Champion, La guerre du sanglier, Coillet, Bruxelles, 1990, pp.34-35.
  16. 16. Luc Devos, La Belgique et la Deuxième Guerre Mondiale, Racine, Bruxelles, 2004, p.79.
  17. 17. Luc Devos, ibidem, p.80. Pour ces événements, voir aussi Oscar Michiels, Henri Bernard et Paul Berben et Bernard Isselin, Les panzers passent la Meuse, Laffont, Paris, 1967.
  18. 18. Eric Simon ne donne pas de chiffres sur le nombre de soldats qui se rendent mais les considèrent comme appartenant au 33e et 34e de Ligne (13e DI). Le Général Van Overstraten estime que ces deux régiments sont responsables du franchissemnt du canal de Terneuzen par l'ennemi le 23 mai, voir Dans l'étau, Plon, Paris, 1960, p.307 (il ne cite pas le numéro de la division mais par recoupement on peut comprendre qu'il s'agit de la 13e DI). La 13e DI n'est plus signalée par Oscar Michiels (op.cit.), comme participant aux combats.
  19. 19. On peut consulter, outre Oscar Michiels (op. cit. p.149), Henri Bernard (op.cit.) Peter Taghon, La reddition de Gand, légende et vérité in Jours de Guerre, n°2, 1991, pp. 115-123 et (ouvrage non consulté) Peter Taghon Gent, mei 1940, Historica, Gand, 1986.
  20. 20. Outre Henri Bernard, on doit citer ici le général van Overstraten dans Léopold III prisonnier, Didier-Hattier, Bruxelles, 1986, p. 27 qui accuse non seulement le 15e de Ligne mais aussi le 7e et le 11e de Ligne de la 4e Division.
  21. 21. Le Colonel BEM, A. Massart, Historique du 13e de Ligne, Centre de documentation historique des forces armées, Bruxelles, 1982, signale (p.118), la reddition de la 5e Compagnie du 16e de Ligne sur le flanc droit du 13e de Ligne.
  22. 22. Général Emile Wanty, Le milieu militaire belge de 1914 à nos jours, Tome II, Musée royal de l'armée et de l'histoire militaire, Bruxelles, 1999, p.255.
  23. 23. F.Balace, Fors l'honneur. Ombres et clartés sur la capitulation belge, in Jours de Guerre, t. 4, Jours de défaite, II, pp. 23-24, Crédit Communal, Bruxelles, 1991.
  24. 24. Hervé Hasquin, Historiographie et politique en Belgique, Editions de l'ULB et IJD, Bruxelles-Charleroi, 1996, p.203, note 46. Van Welkenhuyzen, op. cit. Duculot, Gembloux, 1988, p.131
  25. 25. Luc Devos, op. cit., p. 51.
  26. 26. Richard Boijen, De taalwetgeving in het belgische leger, op. cit.
  27. 27. Eric Simon, Coup d'œil sur la campagne de l'ouest (Partie III), Le rapport des forces entre la Heer et l'Armée belge en mai 1940, op. cit., p.38
  28. 28. C'est ainsi qu'Henri Bernard interprète cet étrange comportement.
  29. 29. Robert Devlesshouwer, a écrit : « En 1830, les forces politiques qui font la Belgique n'imposeront sa survie qu'à la condition que l'Europe y consente. Et les puissances finissent par y consentir, à condition que la Belgique soit à nouveau aliénée en partie. Avant son indépendance, elle (si elle était destinée à être) est aliénée par sa soumission à des pouvoirs étrangers qui la gouvernent. Après, elle n'existe que dans la mesure où elle est dépossédée de ses initiatives extérieures. C'est à cette composante négative de son existence qu'Albert Ier (lors de la première guerre mondiale) et Léopold III (lors de la seconde) répondent quand ils s'en tiennent strictement à l'idée que les devoirs de la Belgique l'obligent non à se survivre comme telle, mais à s'acquitter de ses devoirs envers ses garants, devoirs considérés comme limités à la défense militaire de son territoire, dans le sens le plus étroit du terme. Il faut d'ailleurs noter que dans les deux cas, cette interprétation limitée de l'indépendance nationale ne concordait pas avec les réactions d'une partie importante de l'opinion publique. » Quelques questions sur l'histoire de Belgique, in Critique Politique n° 2, Bruxelles, 1979, pages 5-38, p. 24.