VIVE LE QUEBEC LIBRE!

23 mai, 2012

Andrée Ferretti est une amie de la revue TOUDI depuis quelques années et il faut lire son allocution lors de la fête des patriotes au Québec en pleine grève étudiante contre l'augmentation des droits d'inscription. C'était le 21 mai.  On trouvera en note quelques informations plus factuelles permettant de situer cette grande amie 1

Nous avons publié dans cette revue en ligne des comptes rendus de ses romans 2 et surtout un témoignage de la brutalité avec laquelle le pouvoir canadien avait agi en 1970 pour briser toute volonté de souveraineté du Québec3.

Aujourd'hui c'est le gouvernement libéral de Charest - pourtant un gouvernement québécois mais opposé à la souveraineté - qui vient de faire voter une loi qui permet de suspendre toutes les lois du Québec en vue de briser la résistance étudiante qui s'exprime depuis plus d'un mois contre l'augmentation des droits d'inscription  dans les universités et l'enseignement supérieur décidée par le gouvernement Charest. Il est clair que le combat étudiant contre les augmentations des droits d'inscription est un combat qui mobilise toute la jeunesse québécoise parce qu'elle se sent comme les jeunesses d'Europe menacée  par les restrictions du pouvoir aux progrès sociaux qui n'auraient pas dû s'arrêter.

Nous voulons en publiant cette allocution rendre hommage à une grande Dame du Québec et en même temps redire notre foi dans les luttes sociales en général et dans les luttes sociales qui libéreront un jour la Wallonie de la présidentocratie et de la chape de plomb qu'elle fait peser sur nos institutions wallonnes réussissant à exclure le peuple du système démocratique  comme l'écrivait déjà en 1991, le philosophe Jean-Marc Ferry : « Le système démocratique [empêche] le monde vécu social [soit un concept proche de « société civile » NDLR...] d'ouvrir un espace de discussion pour une formation authentique de la volonté et de l'opinion publique. Jusqu'ici, la volonté politique est mesurée par les résultats des scrutins électoraux, lors d'élections générales ou partielles; elle n'est à ce titre, rien de plus qu'une somme arithmétique de décisions individuelles isolées. Quant à la notion d'opinion publique, elle tend à se confondre avec le concept imposé dans l'expression trompeuse par laquelle les instituts de sondage, forts de statistiques effectuées à partir d'échantillons pris dans la population, désignent des agrégats statiques d'avis privés. C'est l'apparence derrière laquelle la réalité de la volonté politique et de l'opinion publique demeure largement inconnue. Du moins échappe-t-elle aux canalisations que le système démocratique avait prévues pour elle. C'est pourquoi elle se retrouve à l'extérieur du système démocratique. » 4

Un célèbre intellectuel français a dit un jour que le peuple était introuvable sauf au moment des révolutions. C'est une révolution qu'accomplit la jeunesse du Québec et nous ne pouvons que souhaiter une levée en masse semblable du peuple wallon.

Andrée Ferretti à  la fête des patriotes

Hier, dans le cadre de la Journée nationale des Patriotes 5  , Madame Andrée Ferretti, comme « grande patriote et grande militante », s'est vu remettre le Prix Marie-Victoire Félix Dumouchel.Voici le texte de son allocution de réception.

Le discours d'Andrée Ferretti

« Je pourrais vous dire que je suis révoltée, que je suis en colère, que je suis triste et néanmoins nullement effondrée, nullement vaincue.  Cette déclaration n'aurait rien pour vous surprendre, puisque vous êtes dans ce même état,  que vous partagez ces sentiments avec une égale intensité.

Je me bornerai donc à vous dire que je suis en guerre, qu'à 77 ans, après  40 ans  d'engagement dans notre lutte pour l'indépendance du Québec, j'en ai assez de me battre à visage découvert sur le terrain de l'ennemi. Comme des centaines de milliers de Québécois et de Québécoises, je ne veux plus, je ne dois plus me soumettre aux lois antidémocratiques d'un demi État annexé à un État étranger, je ne veux plus, je ne doisplus me soumettre aux lois d'un demi État plus aliéné que jamais, depuis qu'il est tombé aux mains d'un gouvernement de scélérats.

Il y a 175 ans, c'est l'armée anglaise en uniformes et en armes, clairement identifiés, qui attaquait notre nation, au service de l'Empire britannique. Aujourd'hui, c'est un gouvernement de gangsters québécois qui s'acharne à détruire le Québec, institution par institution, au profit des gestionnaires du capital financier, sous la houlette des Power Corporation de ce monde. Puissances occultes qui n'ont d'autres visées que de s'emparer des richesses des peuples, que de miner leur culture, en affaiblissant la puissance et la liberté des nations, principal obstacle à leur volonté d'emprise universelle.

Heureusement, pas plus que les soldats de Sa Majesté n'ont fait peur à nos Patriotes, les policiers de Charest et de son gouvernement corrompu ne font peur à notre vaillante jeunesse étudiante, ni aux patriotes d'aujourd'hui qui les soutiennent, fiers de leur intelligence et de leur détermination, de leur courage. Notre histoire, bien que jalonnée de cuisantes défaites, n'est pas celle d'une nation vaincue, puisque de nouveaux combattants se lèvent de génération en génération.  Celle d'aujourd'hui semble la mieux aguerrie, celle qui non seulement n'a pas peur, mais qui n'a pas peur de faire peur, qui refuse le recul et l'atermoiement qui sont toujours prémices de défaite.

Je me sens honorée d'avoir été une de celles et de ceux qui sans compromis ont maintenu le fort jusqu'à leur arrivée. Je m'engage ce soir à lutter encore et toujours pour la justice et la liberté,  sachant bien qu'il n'y a pas d'autre manière d'être un humain digne de ce nom

Cette promesse faite du fond de ma conscience nationale et sociale constitue mes remerciements au Rassemblement pour un Pays Souverain qui m'honore ce soir du Prix Marie-Victoire Félix-Dumouchel, et à madame Harel qui me le remet en toute solidarité patriotique et féminine, aussi à vous, militantes et militants qui le méritez également.

Contre la mort, pour la vie, tout simplement pour la vie, le temps est maintenant venu de mener la lutte sur tous les fronts en même temps, avec les nombreux moyens pacifiques (à ne pas confondre avec légaux) de l'attaque autant que de la résistance. Si nous manquons d'imagination, ayons recours à celle de nos jeunes qui en ont plein la tête et le cœur. En hommage concret et fort à nos Patriotes de 1837-1838, soyons des milliers et des milliers à leur côté, demain, le 22 mai, et les jours suivants et les mois et les années, jusqu'à la Conquête de notre Assemblée nationale, d'une Assemblée nationale que nous rendrons enfin libre, indépendante et souveraine.

Vive notre jeunesse étudiante en lutte.

Vive le peuple québécois en lutte.

Vive la lutte pour la liberté. »

Andrée Ferretti 6

Les événements du 22 mai

 

-



  1. 1. Andrée Ferretti
  2. 2. Critique : Bénédicte sous enquête (Andrée Ferretti)
  3. 3. De Londres à Ottawa, le terrorisme d'Etat dans l'histoire du Québec
  4. 4.  Jean-Marc Ferry, Le complexe sociopolitique in Les puissances de l'expérience, Tome II, Chapitre II, Paris, Le Cerf, pp. 55-57.
  5. 5. Cette fête rappelait cette année l'insurrection du Québec contre les Anglais il y a 175 ans, il ne s'agit donc pas de la chute de la Nouvelle France suite à la prise du Québec par les Anglais en 1759, mais d'un événement postérieur en 1837.
  6. 6. Les organisateurs de la journée félicitent ensuite la personne distinguée et les autres personnes :  Monsieur Jean-Pierre Charbonneau; Monsieur Gilles Proulx; Madame Micheline Lachance