Histoire Europe

 

Pour ce qui concerne l'Europe, ses nations, consulter aussi Europe-Monde

 

kollwitz1

L'étude de la grande guerre n'en finit pas de susciter de nouvelles recherches passionnantes dans le champ de l'histoire « culturelle », la parution de deux ouvrages chez l'éditeur Armand Colin nous permet de mettre en évidence quelques tendances récentes.

15 août, 2009
La Wehrmacht défoule à Paris (14 juin 1940)

 

«C'est la victoire qui a conféré à la guerre-éclair un statut de doctrine» (Hew Strachan)

 

Le texte que l'on va lire est une simple adaptation en français d'une communication orale du Professeur Ulf Hedetoft faite en anglais à l'UCL et parue dans le Cahier n°1 des Études européennes de l'Université d'Aalborg, Aalborg University, 1990.

Zum ewigen Frieden

République n°4, septembre 1992
7 août, 2009

Die Idee des Völkerrechts setzt die Absonderung vieler von einander unabhängiger benachbarter Staaten voraus, und, obgleich ein solcher Zustand an sich schon ein Zustand des Krieges ist (wenn nicht eine föderative Vereinigung derselben dem Ausbruch der Feindseligkeiten vorbeugt); so ist doch selbst dieser, nach der Vernunftidee, besser als die Zusammenschmelzung derselben, durch eine die andere überwachsende, und in eine Universalmonarchie übergehende Macht; weil die Gesetze mit dem vergrößten Umfange der Regierung immer mehr an ihrem Nachdruck einbüßen, und ein seelenloser Despotism, nachdem er die Keime des Guten ausgerottet hat, zuletzt doch in Anarchie verfällt. Indessen ist dieses doch das Verlangen jedes Staats (oder seines Oberhaupts), auf diese Art sich in den dauernden Friedenszustand zu versetzen, daß er, wo möglich, die ganze Welt beherrscht. Aber die Natur will es anders. - Sie bedient sich zweyer Mittel, um Völker von der Vermischung abzuhalten und sie abzusondern, der Verschiedenheit der  Sprachen und der Religionen , die zwar den Hang zum wechselseitigen Hasse, und Vorwand zum Kriege bey sich führt, aber doch bey anwachsender Cultur und der allmähligen Annäherung der Menschen, zu größerer Einstimmung in Principien, zum Einverständnisse in einem Frieden leitet, der nicht, wie jener Despotism (auf dem Kirchhofe der Freyheit), durch Schwächung aller Kräfte, sondern durch ihr Gleichgewicht, im lebhaftesten Wetteifer derselben, hervorgebracht und gesichert wird.

Dritter Definitivartikel zum ewigen Frieden

Kant: paix et diversité des nations.

République n°4, septembre 1992

L’idée du droit des gens suppose la séparation de beaucoup d’États voisins, indépendants les uns des autres, et bien qu’une condition de ce genre constitue déjà en soi un état de guerre( si toutefois une union confédérative ne prévient pas l’ouverture des hostilités), cette condition vaut mieux néanmoins, suivant l’idée rationnelle, que la fusion de ces États opérée par une puissance qui l’emportant sur toutes les autres, se transforme en une monarchie universelle ; les lois, en effet, à mesure que le gouvernement acquiert de l’extension, perdent toujours plus de leur force, et un despotisme sans âme, tombe après avoir extirpé les germes de bien, finalement dans l’anarchie. C’est pourtant le désir de tout État (ou de son souverain) de parvenir de cette manière à une paix durable, c’est-à-dire en gouvernant, si possible, toute la terre. La nature cependant veut qu’il en soit autrement. Elle utilise deux procédés pour empêcher la fusion des peuples et pour les séparer, à savoir, la diversité des langues et des religions. Cette diversité entraîne, il est vrai, avec elle, le penchant à des haines réciproques et des prétextes de guerre, mais conduit d’autre part, avec les progrès de la civilisation et le rapprochement graduel des hommes vers une harmonie de plus en plus grande dans les principes, et une entente dans un état de paix, qui n’est point produit et garanti comme le précédent despotisme (sur la tombe de la liberté) par l’affaiblissement de toutes les forces, mais au contraire, par leur équilibre et l’émulation la plus vive.

Emmanuel Kant, Zum ewigen Frieden, Berlin, 1795.
traduction française de  Jean Gibelin, Projet de la paix perpétuelle, Vrin, Paris 1992.

(*) Nous avons corrigé la traduction de « föderative Vereinigung »  que Gibelin transcrit en « union fédérative » parce que Kant s’oppose plus haut à ce qu’il appelle un « État fédératif » (« Völkerstaat »: nous dirions un « État fédéral »), au bénéfice d’une « Völkerbund », soit une « Ligue des peuples » ou une « Société des Nations », expression proche, selon ses propres dires, du projet postnational de Jean-Marc Ferry. Celui-ci (voir article par lien), voit ces États rivaliser entre eux de manière pacifique par la confrontation de leurs cultures et reprend à son compte l’image kantienne des arbres poussant haut et droit lorsqu’ils sont nombreux et rapprochés (car ils doivent alors se disputer l’air et la lumière) par opposition à un arbre isolé, rabougri dans la plaine parce qu’il n’a rien à qui se mesurer.

Voir aussi Europe, démocratie, nations

Ce texte a d'abord paru en septembre 1992 dans le numéro 4 du journal République.

REPUBLIQUE - Avec le "non" danois, un certain charme européen s'est rompu. Qu'en pensez-vous?

Dans quel cadre politique serons-nous amenés à vivre: Région, Nation, Europe, Monde? Pour le moment, c'est encore l'État-Nation. Il faut le dépasser: comment?

Cette analyse de Catherine Samary est publiée dans le journal électronique Le Courrier des Balkans qui publie régulièrement des traductions françaises de la presse indépendante de cette région. Nous ne saurions trop recommander  cette publication à nos lecteurs. Elle apporte des éléments à l’infini permettant de mieux juger de la situation là-bas.

29 décembre, 2008

Dans la collection " poche " du " Monde ", l'historien Éric Nguyen fait paraître Les nationalismes en Europe, quête d'identité ou tentation de repli. On ne devait pas s'attendre à des subtilités d'analyse, étant donné le champ immense couvert par l'auteur. Mais...

Une constitution européenne ? Ce n’est ni une constitution ni une bonne chose pour l’Europe. Mais c’est un mauvais projet pour la Wallonie. et un tres mauvais projet pour la France

Syndiquer le contenu